Accueil / Actualités / Jacques Fortin quitte la course à la mairie

Jacques Fortin quitte la course à la mairie

Il n’y a plus que quatre candidats à la mairie de Saguenay. Estimant que ses chances de l’emporter étaient nulles, le candidat indépendant Jacques Fortin annonce qu’il se retire de la course à la mairie.

 La semaine dernière, un sondage Léger/Le Journal de Québec plaçait M. Fortin au dernier rang avec seulement 4 % des intentions de vote. À moins de deux mois des élections, il ne croyait donc plus en ses chances de succéder à Jean Tremblay comme maire de Saguenay.

Le conseiller du district #15 a également mentionné que les partis politiques municipaux ont davantage de moyens financiers que les candidats indépendants. «C’était un peu David contre Goliath. Le financement était trop difficile comme indépendant», a-t-il expliqué en conférence de presse mercredi.

Fortin a dénoncé le ton utilisé par les candidats à la mairie depuis le début de la campagne. «Il y a beaucoup de salissage en ce moment. Les débats c’est de la destruction et des interventions négatives. Moi, ce que je proposais, c’était de travailler en équipe.» D’ailleurs, il n’a pas voulu donner son appui à un candidat pour le moment.

Une annonce émotive

C’est avec la gorge nouée et les larmes aux yeux que Jacques Fortin a pris le temps de remercier les citoyens qui l’ont appuyé ainsi que l’ex-conseillère municipale Marina Larouche. «Elle m’a tout appris sur le métier et je la remercie de m’avoir appuyé publiquement», a-t-il lancé aux membres des médias.

Jacques Fortin ne se représentera pas comme conseiller, ce qui mettra un terme à sa carrière politique de 24 années. Il occupe actuellement les fonctions de président de l’arrondissement de Chicoutimi. M. Fortin continuera son mandat à la direction de La Pulperie.

À propos de François Gionet

Cadet de la cohorte 2015-2018 en journalisme, François a grandi dans la magnifique banlieue ferroviaire de Charny sur la Rive-Sud de Québec. Véritable boute-en-train dès son plus jeune âge, François s’est attiré la foudre de plusieurs enseignants par son incapacité à se taire au bon moment, au bon endroit. François semblait donc déjà destiné à une carrière en communication. C’est lors de ses études secondaires au Juvénat-Notre-Dame que François s’intéresse au milieu des arts. Musique, théâtre, cinéma et littérature : ce jeune homme expérimente tous les domaines, tout en développant un intérêt pour l’écriture, intérêt qui le mènera d’ailleurs à écrire pour le journal étudiant de l’école durant deux ans. À l’extérieur des murs scolaires, François joue à la position de défenseur pour l’équipe de hockey de son quartier, avant d’accrocher ses patins – pour de bon – en 2015. Même s’il n’est pas certain de son avenir dans le milieu journalistique, François a la profonde conviction qu’il travaillera dans un domaine où il pourra « changer les choses pour le mieux », principe qui semble plus que nécessaire, aujourd’hui, en 2017.

À voir aussi

TECFÉE : Le taux de réussite augmente à l’UQAC

Après avoir connu le plus haut taux d’échec au Québec en 2018 avec seulement 23,4 % …