dimanche , 15 septembre 2019
Accueil / Arts & culture / Festival Rêves d’automne | Une occasion de se faire connaître
Festival Rêves d’automne

Une occasion de se faire connaître

Deux artistes originaires de la région du Saguenay, Henriette Gagnon et Julie St-Hilaire, font partie des 135 peintures qui prendront part à la 27e édition du festival Rêves d’automne à Charlevoix.

«C’est l’un des plus beaux et plus intéressants festivals de peinture au Québec», estime Mme Gagnon qui en est à sa cinquième parti-cipation à l’événement qui débute le 22 septembre et se termine le 1er octobre. Pour sa part, Julie St-Hilaire, qui peint depuis l’âge de 8 ans, en sera à sa première présence à l’événement. Elle espère que le festival lui apportera une bonne visibilité.

Rêves d’automne s’adresse aux peintres ainsi qu’aux amateurs ou aux collectionneurs. «C’est un festival qui permet de se faire connaître puisqu’il y a beaucoup de gens de l’extérieur qui viennent voir les artistes», affi rme Henriette Gagnon.

Voici une peinture de l’artiste Henriette Gagnon.

L’événement a engendré des retombées économiques de 3,3 millions $ lors de sa dernière édition et accueille plus de 60% des touristes étrangers selon une étude de la Corporation des Fêtes et Évènements culturels (COFEC). Parmi ces gens, plusieurs collectionneurs d’art des quatre coins du monde sont présents pour avoir la chance de mettre la main sur des peintures inédites.

«Ce qui est plaisant dans ce genre d’événement, c’est que ce n’est pas une compé-tition entre les artistes. Au contraire, on en profi te pour parler et échanger sur nos techniques et pour apprendre à connaître des gens qu’on ne côtoie pas tous les jours», assure Julie St-Hilaire.

Henriette Gagnon explique qu’un festival comme Rêves d’automne est l’occasion pour les gens de tomber en amour avec le style d’un artiste et par la suite, il y a plus de chances qu’ils reviennent acheter des peintures.

|Le festival tient également un concours chaque année. Par contre, aucune des deux femmes ne fait partie des artistes retenues cette année, mais Henriette Gagnon était fi naliste lors de ses quatre dernières participations. En ce qui concerne la 28e édition, elle s’attend à faire partie du jury.

À propos de Amélie Gagné

C’est avec un livre à la main ou en train de regarder le dernier épisode de la nouvelle série de l’heure que vous pourrez trouver Amélie. La Jonquiéroise désire plus tard être éditrice ou, si elle se permet de rêver plus grand devenir la prochaine Ellen DeGeneres afin de pouvoir interviewer des célébrités. C’est cette attrait pour le monde artistique qui l’a poussé à étudier en journalisme. En plus des arts, elle se passionne également pour les sports. Dès l’âge de 6 ans, elle joue au soccer mais n’est toujours pas capable de regarder une partie tellement elle trouve ça long et plate. À 8 ans elle commence le plongeon, en 2011 et 2013, elle a le privilège de représenter sa région lors des Jeux du Québec. À l’automne, elle pourra partager sa passion avec les jeunes puisqu’elle deviendra coach dans cette discipline qu’elle affectionne tant.

À voir aussi

Éditions du Bouclier lancent deux premiers romans

Deux ans après sa fondation, les Éditions du Bouclier font d’une pierre deux coups avec …