Le Carnaval funèbre unit les différentes cultures

Le Carnaval funèbre de Sainte-Rose-du-Nord accueille pour la première fois le groupe de tambours sacrés de Mashteuiatsh, Eastern Sounds, samedi soir dans le cadre de sa 6e édition. 

Créé il y a quatre ans, le groupe se compose de musi-ciens des nations autochtones ilnu, cri, atikamekw et algonquine. Leurs chants s’effectuent donc en plusieurs langues.

«Nous sommes heureux de cette collaboration. Ce mélange de traditions offre un rituel à notre image. Ça permet aussi de briser des tabous quant à l’appropriation culturelle. Nous nous regroupons le temps d’une soirée pour rassembler la diver-sité», affirme la coordonnatrice de La Funéraille des Beaux Jours, Fanny Tremblay-Girard.

Les éditions précédentes se déroulaient durant la fin de semaine de l’Action de grâce, mais cette année est différente puisque l’événement célèbre l’équinoxe. «C’est la fin des beaux jours et le début de l’au-tomne, rappelle la coordonna-trice. Au total, nous attendons plus de 500 personnes.»

Un mouvement pan indien 

Très connectés à la nature et aux traditions, les musiciens du groupe Eastern Sounds se rassemblent autour d’un gros tambour, un teueikan, pour jouer en synchronisme autour d’un cercle. Ils s’inspirent du style Pow Wow «Northern Contemporystyle». Ils utilisent aussi un Hand Drum, un petit tambour plat, pour varier les sonorités.

L’âge des onze membres du groupe varie entre 16 et 30 ans. «Nous reprenons les chants traditionnels, mais notre musique demeure contemporaine», explique l’un des quatre premiers musiciens, Jimmy-Angel Bossum. Il faut savoir que la pratique des Pow Wow au Québec remonte à 20 ans seulement. Certaines de nos influences proviennent de la Mauricie, région précurseure de la province.» La moitié du groupe se compose d’ailleurs d’Atikamekw.

Leur objectif est de lancer un album d’ici deux ou trois ans. Le groupe a déjà participé à plus de cinq Pow Wow depuis sa création.

75e anniversaire de Sainte-Rose-du-Nord 

Après le festival, le public est invité gratuitement à un défilé funèbre. Plus de 80 artistes prendront part à une fanfare. Pour l’occasion, un tableau théâtral présentera l’histoire de la municipalité.

À propos de Zoé Le Gallic-Massie

Zoé Le Gallic-Massie est une friande d’aventures. Étant nomade, il est plutôt difficile d’identifier son lieu d’origine, car elle provient d’une famille éclatée aux quatre coins du Québec. Comme elle aime croquer à pleines dents dans la vie, elle a commencé à rédiger un blogue quand elle a voyagé en Amérique centrale. Ensuite, elle s’est retrouvée tout bonnement comme recherchiste au Global Welcome Centre à l’Université de Winnipeg pour aider les immigrants sur leur nouvelle terre d’accueil. Après sa deuxième session, elle a envoyé son curriculum vitae un peu partout au Québec, et la Télévision de Charlevoix Ouest est finalement l’endroit où elle a atterri ! Enfin, elle aime comprendre les différents univers des gens pour en apprendre le plus possible sur les réalités vécues sur cette planète terre …

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …