Accueil / Opinions / Ligue nord-américaine de hockey | Le repêchage est-il nécessaire?
Ligue nord-américaine de hockey

Le repêchage est-il nécessaire?

Le repêchage de la Ligue nord-américaine de Hockey (LNAH) a battu son plein cet été et certains choix des formations sont surprenants. Les Marquis de Jonquière y sont même allés de quelques sélections étranges en se tournant vers des joueurs qui risquent de ne jamais évoluer dans ce circuit.

comLes Marquis ont parlé à deux reprises en première ronde en sélectionnant le centre de 38 ans James Desmarais qui évolue dans la ligue professionnelle irlan-daise ainsi que l’ancien joueur des Blue Jackets de Colombus Alexandre Picard, âgé de 32 ans.

Même si le directeur général des Marquis, Marc Boivin, s’est réjoui d’avoir un ancien cham-pion de la coupe Calder comme Picard dans sa formation pour les matchs préparatoires, l’avenir de ce joueur avec le club demeure incertain. Picard pense encore à retourner jouer en Europe et si ce scénario se produit, Jonquière aura gaspillé un précieux choix.

Contrairement au repêchage de la Ligue nationale de hockey où les jeunes de 18 ans rejoignent leur formation, la LNAH doit souvent se contenter de joueurs en fi n de carrière. Farfelu? Un peu.

Encore plus incompréhensible, les Marquis se sont tournés en fi n de neuvième ronde vers l’un des espoirs du Canadien de Montréal, Zachary Fucale. Le gardien de but de 22 ans évolue présentement en East Coast League (ECHL) pour le Beast de Brampton et n’a nulle-ment l’intention d’évoluer pour les Marquis. Fucale est encore jeune et même s’il n’a pas répondu jusqu’à maintenant aux attentes du club montréalais, sa formation ne fait que commencer et il peut encore créer bien des surprises avec un club de la LNH.

Le repêchage de la LNAH semble être une chose plutôt utile pour certains clubs, mais ce système pourrait ne jamais avoir existé dans cette ligue et le tout serait similaire, puisque les dirigeants obtiennent leurs meilleures acquisitions par le biais du marché des joueurs autonomes.

À propos de Émeric Montminy

Originaire de Saint-Basile-le-Grand, Émeric Montminy a été plongé dans le monde des communications à l’âge de trois ans. C’est en participant à deux jeux-questionnaires sportifs avec Paul Houde et Mitsou Gélinas qu’Émeric devint à l’aise avec les caméras et les micros. Au secondaire, il commence à parfaire son français écrit et ses aptitudes de relations interpersonnelles. Diplômé de l’École d’éducation internationale de McMasterville (EEI), Émeric quitte son domicile pour Jonquière afin d’apprendre à devenir un journaliste complet. Émeric a vécu de nombreuses aventures depuis son arrivée au Cégep de Jonquière. L’un de ses moments favoris reste certainement la fois où il a eu le privilège, grâce à TC Média, de couvrir les Jeux du Québec à Alma et d’être publié, pour la première fois, dans un véritable journal. Le meilleur reste à venir pour Émeric, qui reste persuadé qu’il n’aura jamais l’impression de travailler s’il perce dans le domaine du journalisme, car il n’aura qu’à se lever le matin, à faire ce qu’il aime et à rejoindre des collègues avec qui il partage une passion.

À voir aussi

Féminisme ou… anti-masculinisme?

À une époque où plus personne ne peut dire quoi que ce soit sans que …