Problèmes de financement | L’Halte-ternative trouve une solution

L’épicerie communautaire de Jonquière, l’Halte-ternative, est maintenant gérée par le Centre l’Escale. Sans ce changement administratif, l’épicerie risquait une fermeture en raison de subventions insuffi santes. 

Les membres de l’Halte-terna-tive ont accepté à l’unanimité en avril dernier la dissolution de l’organisme à but non lucra-tif dans sa forme actuelle ainsi que le transfert de la gestion du Centre l’Escale. Ce dernier s’est engagé à fournir cinq employés de son équipe.

«Depuis le tout début, nous croyons au potentiel de l’épi-cerie. Ce changement comporte des risques, mais nous sommes contents», affirme la directrice générale du Centre l’Escale, Caroline Dubé. Le transfert des actifs de l’épicerie au Centre est maintenant complété.

Au cours de l’année, l’Halte-ternative a envoyé plusieurs requêtes à différents organismes pour éviter la fermeture. La propo-sition adoptée facilitera le fi nan-cement de l’épicerie auprès du gouvernement provincial. «Il y a plus de possibilités, car l’épicerie n’est plus seulement restreinte à l’enveloppe de lutte contre la pauvreté», rappelle Mme Dubé.

Le Centre détient la soli-dité organisationnelle et des contacts déjà instaurés. Selon la directrice générale, «il est connu du gouvernement».

Du changement à l’épicerie

Un plateau de travail a été créé à l’Halte-ternative pour accueillir les gens inscrits au Programme d’aide et d’accom-pagnement social (PASSaction). L’Escale offre des simulations de travail à 25 personnes dans le cadre d’un suivi personnalisé. De ce groupe, trois nouveaux employés à temps partiel se sont ajoutés à l’épicerie. Avant d’y travailler, ils sont passés par la mesure de préemployabilité offerte par le Centre.

L’épicerie se retrouve donc avec moins de bénévoles, mais plus de travailleurs dont le salaire est subventionné par Service Québec.

Le changement n’altère pas les services offerts. L’épi-cerie Halte-ternative compte toujours se faire connaître auprès de la population et particulièrement auprès des étudiants. D’ailleurs, dans un objectif d’accessibilité à ses services, elle est maintenant ouverte tous les jeudis soirs jusqu’à 20 h.

À propos de Zoé Le Gallic-Massie

Zoé Le Gallic-Massie est une friande d’aventures. Étant nomade, il est plutôt difficile d’identifier son lieu d’origine, car elle provient d’une famille éclatée aux quatre coins du Québec. Comme elle aime croquer à pleines dents dans la vie, elle a commencé à rédiger un blogue quand elle a voyagé en Amérique centrale. Ensuite, elle s’est retrouvée tout bonnement comme recherchiste au Global Welcome Centre à l’Université de Winnipeg pour aider les immigrants sur leur nouvelle terre d’accueil. Après sa deuxième session, elle a envoyé son curriculum vitae un peu partout au Québec, et la Télévision de Charlevoix Ouest est finalement l’endroit où elle a atterri ! Enfin, elle aime comprendre les différents univers des gens pour en apprendre le plus possible sur les réalités vécues sur cette planète terre …

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …