Boxe récréative | Une mine d’or pour les clubs

En moins de 48 heures, le Club de boxe olympique de Jonquière a réussi à combler tous ses groupes d’automne. L’implantation de programmes de boxe récréative et de mise en forme en est grandement responsable, selon le président de l’organisme Hubert Malaison.

«Avec ces deux types d’entrainements, on va chercher les bienfaits de la boxe comme une meilleure forme physique
et l’esprit d’équipe sans ses inconvénients, comme les coups de poing et les commotions qui viennent souvent avec», explique le président et entraineur-chef de l’organisme, Hubert Malaison. Ce dernier ajoute que, depuis quelques années, des organisations de tout le Québec étaient à la recherche d’une source de revenus supplémentaires et ils l’ont trouvée avec des programmes d’entrainement pour monsieur et madame Tout-le-monde. «On a décidé de suivre la tendance et la population a répondu massivement au fil des ans.»

Les femmes ont changé la donne

Toujours selon le président, la venue des femmes dans le sport a aussi contribué à son l’évolution. « Depuis environ 15 ans, les filles s’intéressent de plus en plus à la boxe, ce qui a grandement augmenté notre membership. Maintenant, elles occupent une place importante dans nos différents groupes tant compétitifs que récréatifs», précise-t-il. En même temps que leur arrivée dans le sport, l’implantation de la boxe de mise en forme a suivi et tranquillement, cette clientèle est devenue majoritaire dans les différents gyms de boxe de la province.

De nouvelles technologies

Ces groupes récréatifs permettent de payer les factures du CBOJ et d’investir dans de nouveaux équipements à la      fine pointe de la technologie. Par exemple, le CBOJ vient tout juste de recevoir un punching bag qui fonctionne avec la technologie Bluetooth, ce qui permet d’évaluer la puissance et le nombre de coups donnés au sac.

À propos de Antoine D'Amours

Lors des 3 dernières années, le jeune homme de 20 ans a acquis beaucoup d’expérience dans le domaine des communications si l’on considère son jeune âge, il a en effet travaillé comme journaliste et animateur en 2015 à la station de radio communautaire CFAI-FM à Edmundston au Nouveau-Brunswick pour ensuite se rapprocher de la maison et travailler dans sa ville natale (Rivière-du-Loup) au FM 107 en tant qu’animateur. Ce grand passionné de sports (plus précisément de baseball) et de musique espère un jour réaliser son rêve d’enfance et ainsi décrocher un boulot dans le domaine du journalisme sportif, si possible à la télé.

À voir aussi

Pêche blanche : vers une année record

La pêche blanche, qui était en déclin de popularité depuis quelques années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, retrouve …