dimanche , 17 janvier 2021

Journée portes ouvertes au Club de curling Kénogami | L’événement attire une centaine de personnes

Plus de 100 personnes ont assisté à la journée portes ouvertes du Club de curling Kénogami ce dimanche. Quelques-unes sont venues visiter les installations, tandis que d’autres en ont profité pour lancer quelques pierres.

«La saison s’annonce très bien. Cette année, on est rendu à une trentaine de nouveaux membres, a souligné le trésorier du club, Pierre Tremblay. C’est positif, il y a beaucoup plus de gens qui arrivent que de personnes qui partent.»

Le nouveau président du conseil d’administration de la ligue, Frank Moffatt, est tout aussi optimiste en vue de la saison. «Les inscriptions sont pratiquement toutes complètes. On a un franc succès cette année.»

En ce moment, le club compte plus de 300 curleurs de tous âges, dont 215 retraités. Ils se rencontrent le jour pour s’adonner à cette activité sociale. «Ce n’est pas nécessairement compétitif, c’est surtout participatif, a affirmé M. Tremblay. Il y a beaucoup de camaraderie. La ligue de jour se rassemble vraiment pour avoir du plaisir.»

Cependant, plusieurs enfants se prêtent également au curling les soirs de semaine. Ils ont des entraineurs et peuvent participer à différents tournois et compétitions.

Cette année, les gens ont la chance de s’inscrire pour jouer le jeudi soir seulement, à tarif réduit. «On essaie d’amener de nouvelles choses dans le club pour attirer le plus de gens possible», a mentionné M. Moffatt.

Le club fêtera son 100e anniversaire en 2020.

 

À propos de Gabrielle Bartkowiak

Onze déménagements, 8 villes, 6 régions et une jeune étudiante au nom exotique égarée en sol saguenéen pour les études collégiales. St-Eustachoise de naissance, Chibougamoise de cœur et Abitibienne à ses heures, Gabrielle prend plaisir à toujours être en mouvement. Elle a d’ailleurs développé très jeune la manie de s’embarquer dans n’importe quel projet sportif ou culturel. Si elle n’est pas en train de planter des arbres à la Baie-james ou en classe à apprendre les rudiments des communications, elle est certainement en train de rire un peu trop fort de tout et de rien avec ses amis. Même si on la décrit comme étant un peu bizarre, elle adore se défendre en disant qu’elle aime ce qui sort de l’ordinaire. Attachée à la langue française, amoureuse des gens, touche-à-tout et un peu trop curieuse, Gabrielle est depuis longtemps intéressée par le journalisme. Même si dans sa tête, les idées, les rêves et les projets se bousculent sans cesse, vous la reverrez très certainement, après l’université, exercer un métier qui la passionne.

À voir aussi

Pêche blanche : vers une année record

La pêche blanche, qui était en déclin de popularité depuis quelques années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, retrouve …