dimanche , 17 janvier 2021

Légalisation de la marijuana | Aucune crainte chez les dealers

À moins d’un an de la légalisation du cannabis, les vendeurs sur le marché noir n’émettent aucune inquiétude. C’est du moins l’avis de deux vendeurs rencontrés sous le couvert de l’anonymat par La Pige.

Même si les gouvernements du Québec et du Canada détiendront le monopole de la vente, le marché noir existera toujours selon Axel (nom fictif), qui vend de la drogue depuis plusieurs années. «Les gens vont acheter le produit léga- lement, mais il va toujours y avoir un marché noir et le fait de commercialiser la marijuana n’arrêtera pas ça», croit-il.

Selon lui, il ne perdra aucun client régulier. «On tisse des liens de confiance, veut veut pas. Ils savent que mon produit c’est de la qualité et qu’ils peuvent continuer à acheter leur produit avec moi.»

Louis-Émerick (nom fictif) parvient à garder contact avec plusieurs de ses clients et même certains de ses anciens acheteurs. «Ce sont rendus mes amis, on s’appelle pour prendre des nouvelles de l’autre. C’est pour ça que le marché noir va toujours exister. Tu n’auras pas de conver- sation avec le vendeur de la SAQ», rigole Louis-Émerick.

«Il reste encore plusieurs choses à mettre au point et à véri- fier d’ici 2018. On va voir ce qui va arriver. Je ne pense pas que ça va être parfait au début», explique Axel. Selon lui, la commercialisa- tion ne se fera pas sans lacunes au début du processus, mais il pense fermement que cette décision sera bénéfique pour le monde du pot. «Avec un produit beaucoup plus contrôlé, il va y avoir beaucoup moins de problèmes, explique-t-il. On va savoir exactement ce qu’il y a dedans et il va avoir moins de pot modifié.»

À propos de William Tremblay

Passionné de sport depuis qu’il est né, William Tremblay a toujours voulu travailler dans le domaine des médias. Âgé de 19 ans, William n’a jamais fait douter son entourage quant à ses choix de carrière. Le Cégep de Jonquière était donc la place de prédilection pour ce jeune homme. Originaire de Varennes, William a plongé dans l’aventure jonquiéroise comme les Oréos plongent dans un verre de lait. Avec une mère qui a étudié elle aussi en ATM et qui travaille au Réseau Des Sports (RDS), il était évident que son choix s’arrêterait sur les sports et les médias. Fan des Canadiens et de l’Impact de Montréal, Willi Sport fait honneur à ce surnom. « Grand » joueur de hockey et de soccer, William ne rate jamais une occasion de parler sport et c’est pour ces raisons que son but est d’un jour se retrouver devant une caméra de RDS. Il adore aussi jouer des parties de NHL 17 avec ses amis mettant en vedette les équipes les plus loufoques. William repartira du royaume saguenéen avec des souvenirs mémorables vécus lors de ses trois années et des rencontres inoubliables.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …