Irak | David Villeneuve témoigne de son expérience dans les camps de réfugiés

L’intérêt du géographe et professeur David Villeneuve pour les religions l’a mené au cœur même des camps de réfugiés en Irak. Il a fait part de son expérience et des histoires qu’il a vécues, mercredi à l’occasion d’une conférence à la Pulperie de Chicoutimi.

Le géographe de profession a commencé à s’intéresser à l’Irak et le Proche-Orient lors de ses cours de catéchèse au primaire. Il voulait connaître le pays de Jésus et comprendre son fonctionnement. En 2014, David Villeneuve a alors décidé d’en apprendre un peu plus sur le pays.

Son premier voyage a eu lieu avec le début de l’envahissement par l’État islamique sur les pays avoisinants. «Je voulais aider les gens, explique le chargé de cours à l’UQAC. Je me suis dit que c’était la meilleure façon et que je venais de trouver ma contribution au monde.»

Ce qui a le plus marqué David Villeneuve, c’est la façon dont les gens se présentent. «C’est leur nom en premier et tout de suit après, leur groupe religieux, dit l’homme. C’est après ça que tu vas savoir où ils habitent et d’où ils viennent. Et trompez-vous surtout pas de religion, sinon la conversation se termine!»

Depuis son premier voyage en 2014, David a visité l’Irak pour une période de quatre mois. «Lors de mon premier voyage, j’étais beaucoup moins à l’aise que je le suis maintenant, mentionne le professeur. Je suis capable maintenant de me promener seul dans la ville et je connais mieux les endroits où je peux aller.»

M. Villeneuve a amorcé son doctorat à l’automne 2015, quelque temps après qu’il ait débuté sa thèse sur les religions et la population en Irak. Il sortira aussi un article dans la revue française Carnet de géographie au printemps 2018. Il compte continuer à visiter l’Irak et espère même un jour y amener ses enfants. «Mon fils m’a déjà dit qu’il voulait venir avec moi, mais à six ans, je ne crois pas qu’il est prêt encore», rigole le conférencier.

À propos de William Tremblay

Passionné de sport depuis qu’il est né, William Tremblay a toujours voulu travailler dans le domaine des médias. Âgé de 19 ans, William n’a jamais fait douter son entourage quant à ses choix de carrière. Le Cégep de Jonquière était donc la place de prédilection pour ce jeune homme. Originaire de Varennes, William a plongé dans l’aventure jonquiéroise comme les Oréos plongent dans un verre de lait. Avec une mère qui a étudié elle aussi en ATM et qui travaille au Réseau Des Sports (RDS), il était évident que son choix s’arrêterait sur les sports et les médias. Fan des Canadiens et de l’Impact de Montréal, Willi Sport fait honneur à ce surnom. « Grand » joueur de hockey et de soccer, William ne rate jamais une occasion de parler sport et c’est pour ces raisons que son but est d’un jour se retrouver devant une caméra de RDS. Il adore aussi jouer des parties de NHL 17 avec ses amis mettant en vedette les équipes les plus loufoques. William repartira du royaume saguenéen avec des souvenirs mémorables vécus lors de ses trois années et des rencontres inoubliables.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …