Forces armées canadiennes | Sept jeunes femmes s’enrôlent à Chicoutimi

Pas moins de sept jeunes femmes se sont enrôlées dans l’Armée canadienne lors d’une cérémonie d’assermentation officielle jeudi après-midi au Centre de recrutement des Forces canadiennes (CRFC), détachement de Chicoutimi.

Audrey Jacynthe Tremblay, Mahée B.-Dumont, Jennifer Chamberland, Sophie Lajoie, Tania Violette, Audrey Nancy Tremblay et Gabrielle Paquet ont toutes juré de servir leur pays lors d’une cérémonie officielle toute féminine dont la néo-démocrate, Karine Trudel, était la présidente d’honneur.

C’est donc en tant que techniciennes des mouvements, à la plomberie et au chauffage, en approvisionnement et comme administratrices des services financiers que les dames serviront le Canada.

«C’est avec beaucoup de fierté que j’ai accepté de présider la cérémonie, a mentionné Mme Trudel. Je tiens à vous féliciter pour votre courage et votre ambition. Tout comme la politique, c’est un secteur qui manque de présence féminine.»

Après avoir effectué des tests d’aptitudes physiques et psychologiques ainsi qu’une entrevue personnelle, les sept femmes ont pu recevoir leur certification au CRFC. Elles ont prêté le serment d’allégeance au Canada à tour de rôle devant parents et amis.

Le lieutenant de vaisseau Daniel Turcotte y est allé d’un bref discours pour souhaiter la bienvenue aux nouvelles recrues. «Votre présence aujourd’hui démontre toute l’importance de l’implication des groupes sous-représentés (les femmes et les Premières Nations) au sein de l’Armée canadienne, cette diversité-là nous rend plus forts», affirme-t-il.

Après que chaque femme ait reçu son certificat d’entrée dans les Forces canadiennes, le capitaine Pierre Pelletier a fait lever l’auditoire pour l’interprétation du Ô Canada en invitant les convives à joindre leur voix à celles des militaires pour chanter à l’unisson.

À propos de Vincent Desbiens

Originaire de la métropole cosmopolite de 1459 habitants qu’est Larouche, Vincent Desbiens est un jeune homme passionné par le sport, l’écriture et le journalisme. Il adore être sous les feux des projecteurs d’un studio télé, devant un micro à la radio ou dans l’action à couvrir quelconque événement sportif ou culturel. Il se sent bien lorsqu’il passe du bon temps entre amis à pratiquer le dek hockey, son sport préféré. En grand amateur de statistiques et de rumeurs de transaction, il se fait un (trop selon certains) malin plaisir à discuter d’informations sportives loufoques. Vincent s’est découvert une passion pour la communication au cours de son parcours au secondaire en Arts et métiers de la scène, en répétant les grimaces et les cabrioles absurdes devant les spectateurs massés dans l’auditorium de la polyvalente Jonquière. Seul l’avenir dira comment Vincent départagera ses passions pour en faire un métier, tout ce qu’il sait, c’est qu’il veut écrire pour informer ou pour faire rire.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …