dimanche , 17 janvier 2021

Pavillon sportif de l’UQAC | Investissement d’un million $

Un investissement d’un million $ a permis a l’UQAC d’améliorer les infrastructures de son pavillon sportif. En plus de changer le revêtement du plancher du stade intérieur, le Café campus s’est refait une beauté et un ajout important d’équipements sportifs a eu lieu dans la salle de conditionnement.

«La surface de la piste de course était rendue à 34 ans d’utilisation, c’est donc dire que les capacités d’absorption étaient pratiquement toutes disparues et avec ce changement, les étudiants athlètes auront une meilleure surface pour courir, a expliqué le directeur du service des activités et aménagements sportifs de l’UQAC, Mario Ruel. La nouvelle surface permettra aux utilisateurs de voir une différence en ce qui a trait au stress dans les jambes.»

Des smoothies sont vendus au nouveau Café campus pour aider les athlètes avant et après leur entraînement.

M. Ruel est très satisfait des améliorations puisque la surface offerte sera adéquate à tout le monde voulant pratiquer des sports tels que le tennis, la course à pied, le badminton ou encore le volley-ball.

Il n’y pas que le plancher du stade qui a fait peau neuve. Le Café campus a eu droit à un investissement de 60 000 $ afin de reconfigurer l’ensemble du secteur alimentaire, offrant désormais plusieurs sortes de smoothies pour avant et après les entraînements ainsi que des repas santé de qualité. Un autre 20 000 $ a été investi dans la salle de conditionnement afin d’ajouter des équipements.

À noter que le pavillon sera ouvert à tous, gratuitement, jusqu’au vendredi 3 novembre pour essayer les nouvelles installations.

À propos de Marie-Michèle Coutu

Kingsey Falloise d’origine, mais maintenant Drummondvilloise et Victoriavilloise à ses heures, Marie-Michèle Coutu a quitté son petit nid familial pour venir s’installer à Jonquière il y a maintenant deux ans avec un seul but en tête : travailler à RDS. Curieuse, passionnée, fonceuse et avec un certain (très fort) caractère, cette jeune femme de 20 ans à un intérêt pour le monde des médias depuis qu’elle a vu œuvrer Chantal Macchabée à RDS. Fan des Canadiens depuis sa tendre enfance, petite joueuse de soccer (elle mesure juste 5 pieds 3) et amatrice incontestable de la sauce à spaghetti de sa mère, Marie-Michèle n’a pas surpris son entourage lorsqu’elle leur a annoncé qu’elle quittait la maison pour étudier en journalisme de l’autre côté du Parc des Laurentides. Globetrotteuse lorsque les finances lui permettent et joueuse de bowling extraordinaire, Marie-Michèle n’est pas seulement passionnée du sport, mais aussi tout ce qui touche l’actualité internationale ainsi que canadienne. Son plus grand rêve serait de couvrir les Raptors de Toronto (NBA), mais pour une chaîne sportive francophone.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …