dimanche , 17 janvier 2021

Conservatoire de musique de Saguenay| Les inscriptions connaissent un regain

Alors qu’il menaçait de fermer ses portes il y a de cela trois ans, le Conservatoire de musique de Saguenay a enregistré son plus haut taux d’inscriptions depuis les dernières années, constate David Ellis, professeur au conservatoire et violoncelliste pour le Quatuor Saguenay. Cette augmentation témoigne bien de l’intérêt grandissant des jeunes concernant la musique classique.
Alors qu’il n’y avait que 52 étudiants pour l’année 2015- 2016, le nombre a maintenant grimpé à 67 pour l’année en cours. En septembre 2014, tout comme quatre autres conservatoires, l’institution saguenéenne était à la veille de la fermeture à cause du déficit structurel qui lui a grandement nui.
L’implication exemplaire des musiciens et des organismes de la région y est pour beaucoup dans cette réussite. David Ellis mentionne, entre autres, les ateliers qu’ils offrent dans les écoles de musique depuis 25 ans maintenant. «Les enfants sont fascinés par les instruments et adorent la musique. C’est important de les y exposer. L’intérêt est présent», raconte-t- il. M. Ellis donne également des cours de violoncelle dans les écoles primaires sur l’heure du diner et constate la passion de certains élèves.
Selon Tania Côté, 23 ans, choriste pour le Chœur de l’Orchestre symphonique du Saguenay et étudiante en chant classique au Conservatoire, le Saguenay n’a rien à envier aux grandes capitales culturelles. La diversité et la pluralité des concerts présentés constituent les forces de la région.
«Les gens croient à tort que la musique classique se meurt, qu’il n’y a que les gens d’un certain âge qui chantent à l’opéra, mais la réalité est tout autre», explique-t-elle. En effet, les auditions sont de plus en plus courues et les artistes de la jeune trentaine rayonnent sur la scène mondiale.
L’étudiante souligne aussi les efforts de la Société d’art lyrique du Royaume pour inclure des artistes de la relève. «Cette année, une choriste de 12 ans s’est jointe au chœur. On est quelques jeunes, quand même», ajoute Tania Côté.

À propos de Camille Boutin

C’est à la suite d’une rencontre avec Audrey Gagnon, journaliste pour le TVA Nouvelles Montréal que Camille a eu la piqûre du journalisme et qu’elle a choisi d’amorcer une formation en journalisme au Cégep de Jonquière. Camille Boutin est originaire de Terrebonne, en banlieue nord de Montréal. Depuis son entrée, elle a vécu toutes sortes d’expériences très formatrices. Elle a eu la chance de participer au Forum Étudiants en janvier dernier, une semaine de simulation parlementaire intensive durant laquelle elle a alimenté une quotidienne de plusieurs chroniques cinglantes. Camille a aussi coanimé une émission de radio sur les ondes de CKAJ et collaboré au Web magazine La Cerise en tant que journaliste. La cuisine, le chant et la lecture ne sont que quelques-uns de ses passetemps favoris. Les domaines de la psychologie et des sciences l’intéressent beaucoup. À 19 ans et demi, Camille souhaite s’inscrire à l’université en psychologie pour réaliser son rêve de devenir psychologue.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …