Marquis de Jonquière | James Desmarais prend son aise

Après avoir passé 12 ans en Europe, la nouvelle acquisition des Marquis lors du dernier repêchage James Desmarais se dit plus qu’heureux de son début de saison avec Jonquière. Cependant, l’heure de la retraite sonne bientôt pour le vétéran de 38 ans qui prépare son avenir après une carrière bien remplie en tant que joueur de hockey.

En cinq rencontres avec les Marquis, Desmarais figure au 27erang des marqueurs de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) avec quatre points amassés. Même s’il admet ne pas avoir la même énergie qu’il y a quelques années, l’ancien choix de neuvième ronde des Blues de Saint-Louis trouve les moyens de compenser dans cette ligue qui, selon lui, devient de plus en plus rapide. «Je trouve que je suis plus intelligent avec la rondelle et j’impose mon rythme sur la glace, explique-t-il. Quand tu es jeune, tu peux te permettre de patiner n’importe où et n’importe quand, mais avec le temps, tu apprends à patiner au bon moment et à prendre de meilleures décisions avec la rondelle.»

L’ancien joueur des Huskies de Rouyn-Noranda reste incertain quant à son avenir avec les Marquis, lui qui ne sait toujours pas s’il sera de retour la saison prochaine.«À mon âge, on ne veut pas voir trop loin, c’est au jour le jour, mentionne M. Desmarais en riant. Mais je suis content d’être dans cette organisation pour le moment, je suis très bien traité et je m’adapte de plus en plus à chaque jour.»

Enlever ses patins haut et fier

Malgré le fait que Desmarais n’ait pas réussi à percer dans la Ligue nationale de hockey, il reste fier de son parcours et affirme que ses saisons en Europe ne lui ont apporté que du positif. «Ma carrière m’a permis de voir le monde, de voir les autres cultures et c’est grâce à ça que je peux me retirer sans avoir de regrets.»

C’est le début d’une nouvelle aventure pour James Desmarais qui, dans quelques années, devra faire une réorientation de carrière et mettre de côté son bâton et ses patins. «J’ai fait des études en gestion d’entreprises à Belfast lorsque j’ai joué en Irlande du Nord pendant les deux dernières années dans le but de prendre mon avenir en main.»

Pour l’instant, le joueur de centre se concentre sur sa saison avec les Marquis de Jonquière et garde le même objectif que ses coéquipiers: remporter les séries éliminatoires de la LNAH.

À propos de Émeric Montminy

Originaire de Saint-Basile-le-Grand, Émeric Montminy a été plongé dans le monde des communications à l’âge de trois ans. C’est en participant à deux jeux-questionnaires sportifs avec Paul Houde et Mitsou Gélinas qu’Émeric devint à l’aise avec les caméras et les micros. Au secondaire, il commence à parfaire son français écrit et ses aptitudes de relations interpersonnelles. Diplômé de l’École d’éducation internationale de McMasterville (EEI), Émeric quitte son domicile pour Jonquière afin d’apprendre à devenir un journaliste complet. Émeric a vécu de nombreuses aventures depuis son arrivée au Cégep de Jonquière. L’un de ses moments favoris reste certainement la fois où il a eu le privilège, grâce à TC Média, de couvrir les Jeux du Québec à Alma et d’être publié, pour la première fois, dans un véritable journal. Le meilleur reste à venir pour Émeric, qui reste persuadé qu’il n’aura jamais l’impression de travailler s’il perce dans le domaine du journalisme, car il n’aura qu’à se lever le matin, à faire ce qu’il aime et à rejoindre des collègues avec qui il partage une passion.

À voir aussi

Pêche blanche : vers une année record

La pêche blanche, qui était en déclin de popularité depuis quelques années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, retrouve …