Une maison d’édition s’installe à Saguenay

Rachel Gilbert et Janusz Jaworski, couple dans la vie et associés au travail, ont décidé de fonder les Éditions du Bouclier, une entreprise à leur image qui célèbre l’inventivité des auteurs d’ici et d’ailleurs.

Le succès de Rachel Gilbert au Salon du livre du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2015 a été l’élément déclencheur de leur histoire pour prendre part au monde de l’édition. Auteure saguenéenne des Soeurs Fayel, un livre fantastique, Mme Gilbert a remporté le Prix littéraire dans la catégorie jeunesse.

Le couple n’a pas encore publié de livres, mais il prend actuellement connaissance des ouvrages de plusieurs auteurs. «Dans la lecture des manuscrits, on cherche toujours la fameuse perle rare», exprime le co-directeur de la maison d’édition, Janusz Jaworski.

L’agence d’édition installée à Chicoutimi fait la promotion d’une littérature québécoise et canadienne. «Nous ne nous limitons pas à des écrivains saguenéens, ce serait restreindre la créativité des auteurs. Par contre, on fait le plus possible affaire avec des compagnies de la région pour la sous-traitance, le graphisme et la production des romans», explique M. Jaworski.

Aventures littéraires

Les éditions du Bouclier se divise en trois catégories pour avoir un répertoire varié à proposer au public. La collection Miroir rassemble les oeuvres de fiction. La collection Lanterne «va illuminer la vraie réalité comme l’indique Janusz Jaworski, ce sera plus hétéroclite avec des biographies, des essais ou encore des mémoires». Le petit favori du couple est leur collection Hallebarde. «C’est permettre à nos futurs lecteurs de s’évader, aller là ou ça n’existe pas», développe-t-il. Une collection à l’image des romans de Mme Gilbert dans une thématique plus fantastique.

Les deux partenaires ont choisi le nom du «Bouclier» pour marquer leur passion à la littérature de l’imaginaire. «Ne pas fuir devant les coups, mais plutôt les parer grâce au pouvoir des mots», tel qu’ils le signent sur leur site internet.

À propos de Flavie Villeneuve

«Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaitre sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain. » C’est accompagné de cette phrase du journaliste et écrivain Roland Dorgelès que Flavie, originaire de France, a installé ses valises à Jonquière pour donner un peu de longueur à son escale. Comme elle est voyageuse et curieuse, le journalisme représente ce certain imprévu qui offre une dose d’adrénaline à sa journée. Elle est férue d’histoires, celles qui ont leur mot à dire et qui font réfléchir. Flavie aime lire l’actualité internationale et souhaite un jour continuer son voyage en partageant quelques-unes de ses pages.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …