dimanche , 24 janvier 2021

Une résidence d’artiste à l’école Amishk

Un artiste sera appelé à vivre pendant deux mois à Mashteuiatsh pour réaliser une oeuvre au sein de l’école primaire Amishk. Un appel de dossiers se tient présentement en collaboration avec le Centre d’art actuel Langage Plus d’Alma.

Le Centre Langage Plus a depuis longtemps le désir de collaborer avec les autochtones. «Nous avions déjà quelques relations avec eux mais il s’agit vraiment d’un beau contexte de collaboration», a soutenu en entrevue téléphonique la responsable de la médiation culturelle à Langage Plus, Mélissa Corbeil.

L’artiste sera sélectionné selon ses compétences et ses propositions parmi ceux qui auront déposé leur candidature pendant l’appel de dossiers, présentement en cours. Il aura carte blanche et il sera invité à travailler en collaboration avec l’école. «Nous souhaitons que rien ne soit imposé. C’est vraiment un travail en coopération», affirme Mme Corbeil.

Pour la directrice de l’école, Doris Launière, c’est une occasion d’encourager la persévérance scolaire autrement. «Le thème qui a été choisi, Reconnaitre hier et rêver demain pour oser voir grand, reflète le message que nous voulons lancer aux élèves. Ils doivent se souvenir de leur histoire et s’en servir comme bagage sans pour autant se victimiser et sans que cela ne les empêche d’aller vers leurs rêves», dit-elle.

Pour symboliser ce message, l’oeuvre finale sera installée dans la passerelle qui unit les écoles primaire et secondaire de Mashteuiatsh. «C’est vraiment pour démontrer la transition du primaire vers le secondaire et le chemin vers la réussite», souligne Mme Launière.

Ce projet est entre autres financé par le programme du Conseil des arts et des lettres du Québec destiné à un public de 4 à 11 ans. Pour Mélissa Corbeil, ce projet s’inscrit également dans la visée éducative du Centre Langage Plus. «Depuis notre réouverture en 2012, nous avons un aspect éducatif. Nous offrons déjà des ateliers et des visites du Centre pour les écoles pour sensibiliser les élèves à l’art actuel. La résidence en école est notre premier projet d’envergure du genre», soutient-elle. Une exposition sera également tenue au Centre Langage Plus à Alma à la suite de la résidence.

Une autre école impliquée

Un second appel de dossiers est en cours pour recruter un autre artiste qui collaborerait par contre avec l’école primaire Saint-Joseph d’Alma. «C’était important pour nous qu’il y ait également une école d’Alma impliquée dans le projet», souligne Mélissa Corbeil. L’école Saint-Joseph souhaite s’inspirer du bien-vivre ensemble et créer une ambiance calme pour la réalisation de leur oeuvre.

À propos de Gabrielle Paul

Gabrielle Paul est native de la communauté ilnu de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean. En grandissant, elle a toujours baigné dans les communications, multipliant les animations et les rédactions. Elle occupe maintenant un poste d’agente en communication à Pekukamiulnuatsh Takuhikan, le conseil de bande de Mashteuiatsh. Fière de ses origines, elle étudie en journalisme dans l’espoir de mieux faire connaître les réalités autochtones en offrant un regard empreint de vérité sur la situation. Elle est une grande passionnée aux champs d’intérêts multiples, passant par les mouvements idéologiques, les philosophies audacieuses de Camus et de Schopenhauer et la littérature anglaise du XIXe siècle. Elle aspire à faire des études universitaires en science politique et à devenir polyglotte.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …