Élections municipales | Josée Néron satisfaite de sa campagne

À deux jours des élections municipales, la chef de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD) et candidate à la mairie de Saguenay, Josée Néron, se dit fière de sa campagne. Elle soutient avoir été à l’écoute des citoyens tout au long de la course.

«On a mené une campagne de terrain. On voulait prendre le temps d’aller voir les gens et de répondre à leurs questions. Ça a été un travail ardu mais nous sommes fiers», a-t-elle souligné lors d’un point de presse vendredi matin, entourée de membres de son équipe.

Mme Néron considère avoir réussi à bien cibler les besoins et les demandes de la population durant la dernière année. «Ce que les gens veulent, c’est d’abord des routes en bon état, des trottoirs bien déneigés et des égouts adéquats. Ils veulent aussi du changement et des élus qui sont près d’eux», a-t-elle souligné.

Elle estime également que son expérience des quatre dernières années en politique municipale est un atout considérable pour gérer efficacement la Ville. «Je suis la seule des candidats à connaître les rouages de l’administration municipale, a précisé Mme Néron. Au cours des dernières années, j’ai rencontré une foule d’organismes qui sont en attente depuis plus de vingt ans. Ils ont le droit d’avoir une réponse.»

La candidate a tenu à rappeler certains engagements qu’elle entend respecter si elle est élue. «Je veux qu’on gère la Ville avec les moyens des citoyens. On veut augmenter le soutien aux PME et remettre la Ville sur les rails du développement économique», a mentionné Josée Néron.

Elle et son équipe se disent optimistes pour la suite. «On a le sentiment du devoir accompli, a-t-elle renchéri. On verra le vote dimanche, mais ça s’annonce très bien.»

Rappelons que Josée Néron est à la tête des intentions de vote des citoyens de Saguenay, selon un sondage publié dans le Quotidien le 2 novembre.

À propos de Gabrielle Bartkowiak

Onze déménagements, 8 villes, 6 régions et une jeune étudiante au nom exotique égarée en sol saguenéen pour les études collégiales. St-Eustachoise de naissance, Chibougamoise de cœur et Abitibienne à ses heures, Gabrielle prend plaisir à toujours être en mouvement. Elle a d’ailleurs développé très jeune la manie de s’embarquer dans n’importe quel projet sportif ou culturel. Si elle n’est pas en train de planter des arbres à la Baie-james ou en classe à apprendre les rudiments des communications, elle est certainement en train de rire un peu trop fort de tout et de rien avec ses amis. Même si on la décrit comme étant un peu bizarre, elle adore se défendre en disant qu’elle aime ce qui sort de l’ordinaire. Attachée à la langue française, amoureuse des gens, touche-à-tout et un peu trop curieuse, Gabrielle est depuis longtemps intéressée par le journalisme. Même si dans sa tête, les idées, les rêves et les projets se bousculent sans cesse, vous la reverrez très certainement, après l’université, exercer un métier qui la passionne.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …