mercredi , 20 janvier 2021

Josée Néron, sereine aux urnes

Alors qu’elle se trouvait à l’Université du Québec à Chicoutimi pour exercer son devoir de citoyenne, Josée Néron en a profité pour serrer les mains de toutes les personnes présentes ce matin avec le sentiment du devoir accompli.

Quelques minutes après son arrivée accompagnée de son conjoint, elle a passé derrière l’isoloir pour apposer les deux X nécessaires. Visiblement heureuse d’être là, elle a pris le temps de parler avec les électeurs ainsi que les employés assignés à son bureau de vote. «Merci d’être là, vous faites un travail extraordinaire.»

Elle ne se dit pas nerveuse face aux résultats de ce soir. «Pour être honnête, avec tout ce qu’il y avait à faire en cette dernière semaine de campagne, je n’ai pas eu le temps d’être nerveuse, explique-t-elle, un sourire aux lèvres. J’y pense quand même, c’est une journée importante.»

La chef de l’Équipe du renouveau démocratique est heureuse de la campagne qui a été menée ces derniers mois, mentionnant qu’elle a vécu «une campagne d’idées et respectueuse». «Je suis fière de la manière dont s’est déroulée cette campagne. Je crois que la population a réellement pu comprendre la vision que nous avons pour le développement de la ville de Saguenay.»
La seule candidate féminine à la mairie rappelle que si elle est élue, elle va travailler avec l’équipe que les citoyens auront choisie. «La détermination que j’ai montrée dans les quatre dernières années, je l’aurai toujours pour mener la Ville et défendre sa population.»

L’Équipe du renouveau démocratique se rassemble ce soir à 20 h à l’Hôtel Chicoutimi et Mme Néron y invite tous les bénévoles et les gens qui veulent venir célébrer avec elle et son équipe. «J’irai rejoindre mon équipe dès que les résultats seront presque confirmés», conclut-elle.

À propos de Andréane Vallée

Native du Lac-Saint-Jean, Andréane Vallée est une jeune femme passionnée par le monde entier. Elle a étudié à l’école secondaire Camille-Lavoie dans le programme d’éducation internationale (PEI). C’est d’ailleurs une journée découverte avec cette école qui lui a permis d’enfiler l’instant d’une journée l’habit d’un journaliste. Depuis son plan était clair, elle devait étudier à Jonquière à tout prix. Toutefois sa curiosité et la vie l’ont menée ailleurs, plus précisément à Sydney, en Australie. Après un an à l’étranger et la tête remplie de rêves, elle revient en 2015 pour étudier en Art et technologie des médias. Des intérêts variés et l’envie de tout savoir, de tout connaître, voilà qui décrit très bien Andréane. Nous verrons où la vie la mènera.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …