dimanche , 24 janvier 2021

Dominic Gagnon 4e | Cuisante défaite pour le PCS

Le candidat du Parti des citoyens de Saguenay (PCS), Dominic Gagnon, termine dernier dans la course à la mairie. Cette défaite, qui l’a visiblement déçu, pourrait d’ailleurs coïncider avec la fin du parti qui a été fondé par Jean Tremblay il y a un an.

 «Les résultats ne sont pas à la hauteur de nos attentes, évidemment. Je crois que les citoyens nous ont clairement envoyé comme message qu’ils voulaient passer à autre chose», a reconnu M. Gagnon.

Le médecin de profession a mentionné qu’au-delà de certaines maladresses lors du débat télévisuel à Radio-Canada, c’est surtout le désir de la population de tourner la page sur l’ère Jean Tremblay qui explique ces résultats décevants. «Il va falloir se réunir ensemble et réfléchir sur ce qui n’a pas fonctionné.»

Rappelons que la semaine dernière, un sondage mené par le Quotidien et KYK Radio X plaçait M. Gagnon quatrième dans les intentions de vote avec 9% des voix, derrière le candidat indépendant Arthur Gobeil.

Gagnon a tenu à féliciter la nouvelle mairesse de Saguenay Josée Néron. «Mme Néron a mené une très belle campagne de quatre mois. Souhaitons que ces mois-là augurent bien pour les quatre prochaines années.»

Au moment d’écrire ces lignes, aucun candidat du Parti des citoyens n’était en avance dans les seize districts. Les quelques candidats réunis au Dooly’s de Chicoutimi pour appuyer M. Gagnon avaient d’ailleurs la mine basse, eux qui ont assisté – en direct – à la déconfiture du parti.

Dominic Gagnon avait été nommé chef du PCS en août dernier afin de combler le départ de Jean-Pierre Blackburn, qui avait claqué la porte au parti pour «reprendre sa liberté» en tant que candidat indépendant.

Le chef du PCS n’a pas voulu se prononcer à savoir s’il allait se présenter aux élections municipales de 2021.

À propos de François Gionet

Cadet de la cohorte 2015-2018 en journalisme, François a grandi dans la magnifique banlieue ferroviaire de Charny sur la Rive-Sud de Québec. Véritable boute-en-train dès son plus jeune âge, François s’est attiré la foudre de plusieurs enseignants par son incapacité à se taire au bon moment, au bon endroit. François semblait donc déjà destiné à une carrière en communication. C’est lors de ses études secondaires au Juvénat-Notre-Dame que François s’intéresse au milieu des arts. Musique, théâtre, cinéma et littérature : ce jeune homme expérimente tous les domaines, tout en développant un intérêt pour l’écriture, intérêt qui le mènera d’ailleurs à écrire pour le journal étudiant de l’école durant deux ans. À l’extérieur des murs scolaires, François joue à la position de défenseur pour l’équipe de hockey de son quartier, avant d’accrocher ses patins – pour de bon – en 2015. Même s’il n’est pas certain de son avenir dans le milieu journalistique, François a la profonde conviction qu’il travaillera dans un domaine où il pourra « changer les choses pour le mieux », principe qui semble plus que nécessaire, aujourd’hui, en 2017.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …