Création de la troupe Ballet Contemporain du Nord | «Texte-moi», un numéro étonnant

La troupe Ballet Contemporain du Nord a réalisé un numéro qui a pour objectif de présenter l’omniprésence du téléphone cellulaire dans notre quotidien. Elle a présenté sa chorégraphie intitulée «Texte-moi» à la bibliothèque publique de Saguenay dans le cadre des midis de la culture mardi.

Le numéro chorégraphié par Marie-Joelle Hadd est brillamment interprété par quatre danseuses de la région : Gabrielle Savard-Dion, Émilie Gaudreault, Roxanne Bouchard et Sarah Vaillancourt-Tremblay. Elles présentent une pièce réaliste qui frôle parfois le théâtre. En plus de performer pendant plusieurs minutes, elles doivent manipuler un téléphone. Elles ont d’abord appris la chorégraphie sans l’objet, puis l’ont ajouté. Un énorme défi pour ces danseuses expérimentées. «C’est très déconcentrant, nous sommes habituées d’avoir les pieds et les jambes libres. Il s’agit d’un troisième membre, on doit alors s’adapter», soutient Émilie Gaudreault.

La chorégraphie montre des mouvements physiques étonnants. Portés et utilisation d’accessoires, les danseuses font preuve d’audace et de détermination tout au long du numéro.

La trame sonore composée par l’artiste Alain Larouche se montre particulièrement impressionnante. Elle est entre autres entrecoupée de dialogues présentant l’utilisation du téléphone de chaque danseuse. De plus, les interprètes reçoivent de réels messages tout au long de la présentation.

Les spectateurs sont directement interpelés par les danseuses. Elles ont montré à la dizaine de personnes présentes leurs autoportraits, ont posé des questions, le public est un personnage en soi.

Le numéro laisse les gens bouleversés. Ils prennent conscience de la place majeure qu’occupe le téléphone. L’émotion dégagée par les interprètes touche directement le public. «Certains se reconnaissent, d’autres proposent que la pièce soit vue par les jeunes dans les écoles. L’impact social est très intéressant, on ne s’attendait pas à ça», déclare la coordonnatrice de la troupe Ballet Contemporain du Nord Julie Morin. La troupe envisage de présenter le numéro dans différents établissements au cours des prochains mois.

 

En plus de performer pendant plusieurs minutes, les danseuses doivent manipuler un téléphone.

À propos de Simone Pilote

Fière Saguenéenne, Simone Pilote aspire depuis son enfance à faire carrière dans le domaine des communications. Ses champs d’intérêt sont la politique provinciale, les enjeux culturels à l’échelle du pays et les questions environnementales. En dehors de l’enceinte du Cégep, Simone bouge : le volleyball, la course, le vélo ou la natation... Férue de plein air, Simone séjourne chaque été depuis 11 ans dans un camp de vacances dédié à la randonnée pédestre dans les Appalaches. Elle considère d’ailleurs ce lieu comme sa deuxième maison, y travaillant comme monitrice auprès des jeunes depuis 2014. Après sa technique, elle souhaite poursuivre ses études à l’université. Au cours des prochaines années, elle désire voyager, perfectionner son espagnol et effectuer des piges à l’étranger tout en élargissant son champ d’horizon.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …