Junior Majeur | Un bel esprit de famille

Ce qui différencie le film Junior Majeur de la production précédente, Pee-Wee 3D, c’est la chimie et l’amitié entre les personnages principaux qui est particulièrement présentes. C’est ce qu’ont affirmé les comédiens, qui étaient en ville mardi en après-midi dans le cadre de la première du film.

Près de cinq ans ont passé depuis l’histoire de Pee-Wee 3D. Les personnages se retrouvent donc à l’âge de 18 ans. Alice Morel-Michaud, qui incarne Julie Morneau, considère que son personnage a beaucoup évolué dans Junior Majeur.

«Dans le tout premier film, Julie avait 12-13 ans et on la retrouve maintenant dans Junior Majeur à l’âge de 18 ans. C’est certain que son adolescence, nous ne l’avons pas vue, mais il est évident qu’il y a eu une évolution en tant que personne, avec beaucoup plus de maturité», a souligné comédienne.

Alice Morel-Michaud, qui incarne Julie Morneau.

Antoine-Olivier Pilon qui incarne le rôle principal du film (Janeau Trudel), ajoute que les liens sont tissés très serrés entre les acteurs. «À la base, nous sommes amis dans la vie. C’est certain que le fait de jouer ensemble, cela fait en sorte que nous avons une certaine chimie qui est différente que si nous ne nous connaissions pas au départ», mentionne-t-il.

Les scénaristes Martin Bouchard et Emmanuel Joly confirment que l’esprit d’équipe entre les comédiens est remarquable.

«C’est plutôt l’amitié qui règne, plus que les trahisons, les erreurs de certains des personnages. Ils sont devenus vraiment meilleurs amis pendant la période du tournage du film de Pee-Wee 3D lorsqu’ils avaient douze ans. Par la suite, ils sont restés meilleurs amis, même s’ils vieillissaient, explique le scénariste Emmanuel Joly. Le truc pour faire un bon deuxième film, c’était d’aller plus en profondeur dans les personnages et c’est ce que nous avons fait.»

La place de la région dans le film

Les membres de l’équipe s’entendent pour dire qu’ils ont été particulièrement charmés par leur accueil dans la région lors des deux séries de tournage effectuées au mois de mars et juin. «Au départ, puisque je viens de la région, il était primordial pour moi de venir tourner dans ma région natale. Nous avons travaillé fort afin d’avoir certaines permissions pour pouvoir tourner sur certains lieux. Chaque fois, nous avons eu la chance d’avoir un accueil remarquable», note le producteur Christian Larouche.

Le film sera présenté au cinéma dès le 23 novembre.

À propos de Marie-Ève Trottier

Originaire d’Arvida au Saguenay, Marie-Ève est énormément attachée à ses racines. Ce n’est pas étonnant que dès son jeune âge, elle savait où elle voulait être, soit devant une caméra. On peut la définir comme étant une personne particulièrement travaillante, multitâche, et déterminée. Venir étudier en Art et technologie des médias dans le volet journalisme aura été de loin sa meilleure décision. Sa passion pour l’actualité ne date pas d’hier. N’essayez pas de lui apprendre une nouvelle qui vient de tomber, il est déjà trop tard. Artiste dans l’âme, elle a été comédienne durant cinq ans dans la fresque historique de la Fabuleuse Histoire d’un Royaume. Pas étonnant qu’elle soit une grande passionnée d’arts et que le cinéma commence à l’interpeller pour l’université.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …