Le cinéma asiatique à l’honneur à Chicoutimi

Pour la première fois de son histoire, le Festival des Films de l’Asie du Sud de Montréal (FFASM) voyage et c’est à Saguenay qu’il s’arrête. Jusqu’à dimanche, une sélection de films tournés en Inde et au Pakistan sera présentée à la salle Marguerite-Tellier de la bibliothèque municipale de Chicoutimi.  

Au cours de la fin de semaine, le public aura la chance de voir des œuvres cinématographiques réalisées dans divers pays du sous-continent indien, dont l’Inde, le Pakistan, le Sri Lanka et l’Afghanistan. Parmi les projections, notons celle de A Billion Colour Story, qui a d’ailleurs reçu plusieurs prix à l’international. Lors de chacune des représentations, des panélistes seront présents pour échanger et répondre aux questions des gens présents dans la salle.

Le coordonnateur du festival dans la région, Jayanta Guha, se considère choyé que les organisateurs de l’évènement aient choisi la ville de Saguenay pour présenter ces courts et longs-métrages. «Cela montre l’ouverture d’esprit et l’intérêt que porte la population aux autres cultures», confie le géologue de carrière.

Celui-ci organise depuis quelques années Regard sur le monde, des séries de conférences qui permettent d’en apprendre davantage sur la culture d’un autre pays. Il avait invité deux cinéastes pour parler du cinéma indien, sans savoir qu’ils organisaient le FFASM. «Ils ont été émerveillés de voir le nombre de gens qui s’étaient déplacés pour venir assister à la conférence. Ils nous ont alors proposé de venir présenter quelques films ici pour le festival», affirme-t-il.

Le film «A Billion Colour Story» est très reconnu par les critiques internationales.

Guha rappelle qu’il n’y a pas seulement Bollywood dans le cinéma de l’Asie du Sud. Les thèmes exploités sont des enjeux actuels de cette partie du monde. «Il existe plusieurs excellents réalisateurs qui ne font pas nécessairement partie de l’univers de Bollywood dit-il. Ils ne reçoivent pas assez de mérites pour leur travail, qui représente très bien la culture indienne.»

 

À propos de Alec Lamoureux

Originaire du petit village de l’Assomption dans la région de Lanaudière, Alec Lamoureux est un véritable mordu de sports depuis qu’il est tout jeune. Que ce soit le hockey, le baseball, le basketball ou le football, il s’intéresse à tout ce qui touche sa passion. À l’âge de 17 ans, Alec a quitté le confort de son chez-soi pour aller vers le programme ATM qui l’intéressait depuis la fin de son école primaire. L’aventure saguenéenne lui a permis de vivre des expériences enrichissantes qui l’ont fait grandir en tant que personne. Également un passionné d’actualité internationale, de politique et d’histoire, Alec possède un coffre à outils bien rempli. Sa curiosité le pousse à toujours vouloir en apprendre davantage sur le monde qui l’entoure. Il souhaite aussi pouvoir explorer le plus de lieux et de mystères au cours de son épopée. Futur journaliste sportif ? Analyste hockey à la télé ? Agent de joueurs ? Ce qui est certain, c’est qu’Alec semble bien déterminé à travailler dans le domaine sportif.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …