Commission scolaire De La Jonquière | Un mystérieux projet pour l’égalité hommes-femmes

La proposition d’un projet pour encourager l’égalité des sexes au Centre de formation professionnelle de Jonquière a nécessité un huis clos au conseil des commissaires de la Commission scolaire De La Jonquière, mardi soir. Le projet a, par la suite, été accepté à l’unanimité.

Peu de détails ont été donnés à la suite du huis clos qui a duré une dizaine de minutes. Toutefois, le projet, de nature inconnue, a pour but l’élaboration d’un «programme formel qui va contribuer au changement des mentalités et des perception face à l’égalité homme-femme au sein du Centre de formation professionnelle». Questionnés à la fin de la séance, les commissaires n’ont pas voulu en dire davantage.

Il était suggéré dans la proposition que le signataire du projet soit le directeur du Centre, Marcial Verreault. Le fait que le principal signataire soit un homme et que le commissaire ayant apporté la proposition au conseil, Stéphane Bergeron, soit également un homme, a suscité une légère indignation au sein des commissaires féminines Josette L. Morin, Maude Desjardins et Isabelle Tremblay, qui ont tenu à souligner cette ironie.

Les loisirs à l’école Le Tandem

La commission scolaire a procédé à une demande au ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) pour la construction d’un nouveau gymnase à l’école Le Tandem au pavillon Saint-Luc, situé sur la rue de la Bretagne, dans le cadre de la liste des Projets québécois d’infrastructure. Une résolution a été votée à l’unanimité pour enclencher le processus de demande.

L’école Le Tandem profitera aussi du financement du Fond d’aide à la réussite. Ce sont 5 000 $ qui serviront au réaménagement des terrains dans le cadre du projet «la cour d’école au coeur du quartier». «Leur cour d’école en a cruellement besoin», a commenté la commissaire Josette L. Morin après la séance.

Projets pour l’école Saint-Jean-Baptiste

Une somme de 3 000 $ du Fond d’aide à la réussite de la Commission scolaire a également été attribuée à l’école Saint-Jean-Baptiste pour le développement et l’épanouissement des élèves atteints du trouble du spectre de l’autisme. La moitié de ce montant a été investi dans la matériathèque de l’école alors que la seconde moitié servira à organiser des sorties pour ces élèves au Club de gymnastique Jako pour permettre le développement de leur motricité.

À propos de Gabrielle Paul

Gabrielle Paul est native de la communauté ilnu de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean. En grandissant, elle a toujours baigné dans les communications, multipliant les animations et les rédactions. Elle occupe maintenant un poste d’agente en communication à Pekukamiulnuatsh Takuhikan, le conseil de bande de Mashteuiatsh. Fière de ses origines, elle étudie en journalisme dans l’espoir de mieux faire connaître les réalités autochtones en offrant un regard empreint de vérité sur la situation. Elle est une grande passionnée aux champs d’intérêts multiples, passant par les mouvements idéologiques, les philosophies audacieuses de Camus et de Schopenhauer et la littérature anglaise du XIXe siècle. Elle aspire à faire des études universitaires en science politique et à devenir polyglotte.

À voir aussi

Franc succès pour l’ouverture de la pêche aux poissons de fond

C’est officiel, la saison de pêche aux poissons de fond peut enfin débuter ! Tant …