Bonstock.com | Fait ici par des gens d’ici

La baladodiffusion gagne en popularité au Québec depuis quelques années. Plusieurs balados québécois sont disponibles sur Internet, et même les médias traditionnels emboîtent le pas. Bonstock.com est l’une des rares productions qui émanent du Saguenay – Lac-Saint-Jean

Bonstock.com est une baladoémission diffusée sur le Web et animée par trois amis originaires du Lac-Saint-Jean qui, au départ, voulaient partager leurs découvertes en tout genre. Durant un épisode, ils peuvent parler autant de musique émergente que du dernier spectacle qu’ils ont vu ou de leurs jeux vidéo préférés. «On veut rejoindre notre gang d’amis, les gens qui, comme nous, sont des tripeux, mais qui n’ont plus le temps de chercher», raconte Marc-André Noël.
L’aventure a commencé en 2013 avec un site web et le projet a évolué au fil du temps. Ils enregistrent maintenant une baladoémission (podcast) diffusée sur le Web depuis avril dernier. «Au début, on avait tous une idée différente de ce à quoi devait ressembler un podcast, explique M. Noël. Les premiers épisodes n’étaient pas parfaits. Ça demandait beaucoup de temps en postproduction pour ne garder que ce qui était bon. Maintenant, on se parle et tout se fait pratiquement d’un seul coup.»

Le podcast présenté par les trois passionnés n’est pas particulièrement structuré. Ils arrivent avec des sujets qui les intéressent individuellement et les présentent aux deux autres. Une discussion à propos du sujet suit. «C’est important pour nous que ça soit organique et spontané», décrit M. Noël. Leurs sujets sont variés et ils en profitent pour discuter de tout et de rien. «Pour qu’un podcast soit apprécié, ça prend de la fluidité», précise-t-il. Avec neuf épisodes et deux mini-épisodes à leur actif, ils pensent que le meilleur est à venir. «C’est plus facile avec le temps. Dans les premiers que nous avons enregistrés, ce n’était pas publiable. Ça nous a pris quelques coups de pratique avant d’être satisfaits», mentionne Billy Bouchard.

Les trois hommes font cela pour le plaisir. Ils ont un emploi à temps plein qui les occupe durant la journée, mais quelques fois par mois, ils se réunissent et prennent une bière en jasant. «La seule différence, c’est qu’on l’enregistre», rigole M. Bouchard. Quelques ajouts sont faits et le tout est disponible sur le Web environ une semaine plus tard. «La mise en ligne se fait assez rapidement maintenant que nous enregistrons plus vite», conclut le programmeur web de métier.

À propos de Andréane Vallée

Native du Lac-Saint-Jean, Andréane Vallée est une jeune femme passionnée par le monde entier. Elle a étudié à l’école secondaire Camille-Lavoie dans le programme d’éducation internationale (PEI). C’est d’ailleurs une journée découverte avec cette école qui lui a permis d’enfiler l’instant d’une journée l’habit d’un journaliste. Depuis son plan était clair, elle devait étudier à Jonquière à tout prix. Toutefois sa curiosité et la vie l’ont menée ailleurs, plus précisément à Sydney, en Australie. Après un an à l’étranger et la tête remplie de rêves, elle revient en 2015 pour étudier en Art et technologie des médias. Des intérêts variés et l’envie de tout savoir, de tout connaître, voilà qui décrit très bien Andréane. Nous verrons où la vie la mènera.

À voir aussi

COVID-19: les secrets d’un tournage sécuritaire

Grâce au travail acharné des producteurs et des réalisateurs, aucune éclosion ne s’est produite dans …