Manque de denrées alimentaires | Des chiffres alarmants

En raison du manque de denrées, près de 50 % des demandes d’aide alimentaire sont refusées. C’est ce qu’a confié la directrice générale de Moisson SaguenayLac-Saint-Jean, Carole Simard, désolée de la situation à l’approche des fêtes.

Même si l’entrepôt de l’organisme est rempli, Moisson Saguenay­ – Lac-Saint-Jean n’arrive pas à fournir suffisamment de nourriture à ses 73 membres associés qui se chargent de les redistribuer sur le terrain.

Mme Simard explique que le problème ne découle pas de la quantité, mais bien de la diversité des produits. «Même si on a cinq palettes de biscuits salés en entrepôt, c’est impossible de nourrir une famille avec seulement ça. Il nous manque des produits frais et nourrissants», explique la directrice générale.

Elle énumère plusieurs produits manquants comme les pâtes alimentaires, la sauce, le riz, le thon et le saumon en conserve, ainsi que les produits d’hygiène et de beauté.

En quête de solutions

L’entreprise qui aide actuellement plus de 6000 personnes démunies reste toujours à l’affût de nouvelles opportunités pour venir en aide à l’autre moitié des demandeurs ne pouvant pas bénéficier du don de denrées.

D’ailleurs, depuis mai 2017, l’organisme a mis en fonction le Programme de Récupération dans les supermarchés (PRS) afin de favoriser l’approvisionnement en denrées et en viandes. Le programme qui suit les normes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) permet à Moisson Saguenay – Lac-Saint-Jean de récupérer les produits non vendus dans les épiceries plutôt que de les jeter. ­

Moisson Saguenay–Lac-Saint-Jean invite la population à être généreuse durant la période des fêtes.

La banque alimentaire a même doublé la taille de son entrepôt et de son congélateur en prévision de la plus grande quantité de produits à venir.
Du 27 novembre au 24 décembre, Moisson Saguenay­ – Lac-Saint-Jean s’impliquera également dans la guignolée. Les bénévoles de l’organisme seront présents dans les épiceries de la bannière Provigo, Loblaws et Maxi afin d’amasser les dons des clients.

À propos de Claudia Simard

Lorsque Claudia n’a pas la tête prise par les questions philosophiques, elle a les yeux rivés sur les documentaires et les articles scientifiques. Passionnée de science et de politique, cette Mirabelloise de 19 ans rêve de changer le monde en dénonçant les injustices en donnant une voix aux minorités incomprises. Sur un ton plus léger, la partie pétillante de Claudia tente sans cesse de faire rire tous et chacun tant par l’improvisation que l’animation. Après trois ans d’analyse à Sport en Direct, deux ans d’écriture dans le journal étudiant et un déménagement à 5h de chez soi pour le fameux programme en ATM, Claudia est toujours ambigüe face à son avenir. Toutefois, elle est confiante de trouver le domaine qui lui permettra de s’enrichir intellectuellement tout en aidant les autres.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …