Collectes d’ordures | Les bacs roulants obligatoires

À compter du 1er décembre, les citoyens de Saguenay devront obligatoirement mettre leurs ordures dans des bacs roulants, sans quoi ils ne seront pas ramassés. Ce changement fait partie des toutes nouvelles politiques concernant la collecte de déchets de la ville.

 «Nous voulions uniformiser la pratique sur l’ensemble du territoire de Saguenay, a affirmé le directeur des communications de la Ville, Jeannot Allard. Cela va rendre le travail beaucoup plus facile et efficace.» En date d’aujourd’hui, seulement 5 % des habitants n’auraient pas de bac selon M. Allard.

Ceux qui ne possèdent pas de contenant gris, noir ou vert devront s’en procurer un avant la prochaine collecte. Ils devront avoir une capacité maximum de 240 ou 360 litres et respecter la limite de 75 ou 100 kg de déchets. Ils sont en vente dans la plupart des quincailleries à un prix variant entre 75 et 100 $, dépendamment des dimensions.

Allard a toutefois mentionné que les gens n’ayant pas les moyens de s’acheter un bac pourront en recevoir un grâce au programme Accès-Bac. «Pour les gens ayant des difficultés financières, le programme Accès-Bac leur permetta d’avoir un bac à un prix réduit ou gratuitement. Tout dépend du revenu familial et du nombre de personnes qui habitent la résidence», a-t-il dit.

Une réduction des coûts

 Cette décision permettra à la Ville de réduire de beaucoup les coûts reliés à la collecte d’ordures. «Autrefois, deux personnes devaient être à bord du camion, alors qu’un éboueur devait être à l’arrière pour ramasser les sacs situés près des bacs explique M. Allard. Maintenant, seulement le chauffeur sera présent et la collecte va se faire mécaniquement.»

La cueillette continuera de s’effectuer aux deux semaines pendant la saison hivernale. Les Saguenéens souhaitant avoir plus d’un bac devront appeler les travaux publics pour s’informer sur la possibilité.

À propos de Alec Lamoureux

Originaire du petit village de l’Assomption dans la région de Lanaudière, Alec Lamoureux est un véritable mordu de sports depuis qu’il est tout jeune. Que ce soit le hockey, le baseball, le basketball ou le football, il s’intéresse à tout ce qui touche sa passion. À l’âge de 17 ans, Alec a quitté le confort de son chez-soi pour aller vers le programme ATM qui l’intéressait depuis la fin de son école primaire. L’aventure saguenéenne lui a permis de vivre des expériences enrichissantes qui l’ont fait grandir en tant que personne. Également un passionné d’actualité internationale, de politique et d’histoire, Alec possède un coffre à outils bien rempli. Sa curiosité le pousse à toujours vouloir en apprendre davantage sur le monde qui l’entoure. Il souhaite aussi pouvoir explorer le plus de lieux et de mystères au cours de son épopée. Futur journaliste sportif ? Analyste hockey à la télé ? Agent de joueurs ? Ce qui est certain, c’est qu’Alec semble bien déterminé à travailler dans le domaine sportif.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …