dimanche , 24 janvier 2021

Martine Ouellet confiante de la victoire du BQ dans Chicoutimi-Le Fjord

La chef du Bloc québécois (BQ), Martine Ouellet, affirme qu’une victoire de son parti à l’élection partielle dans le comté de Chicoutimi-Le Fjord enverrait un message clair au gouvernement canadien en ce qui concerne le désir des Québécois de devenir souverain.

Mme Ouellet a admis, lors de la rencontre du Cercle de presse du Saguenay mercredi matin, qu’elle n’a pas choisi le candidat qui représentera le parti à l’élection. Elle a expliqué qu’elle s’était entretenue auparavant avec le pompier Mario Gagnon, mais que ce dernier s’est désisté pour des raisons personnelles et familiales. Seul le Parti conservateur du Canada a choisi son candidat, soit le commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey, Richard Martel.

La députée de Vachon a ajouté que l’indépendance est toujours un sujet d’actualité et d’une importance capitale. Selon elle, 38 à 42 % des Québécois croient encore en un Québec souverain. Elle compte en faire la promotion lors du caucus du Bloc québécois qui se tiendra dans la région jusqu’à jeudi.

Plusieurs arguments ont été utilisés afin de répondre aux nombreuses questions sur l’avenir du BQ et de la province. Mme Ouellet a, entre autres, nié les rumeurs racontant qu’il y avait des conflits et des divergences d’opinions à l’intérieur de son parti. Elle a répliqué que tous les membres se sont rencontrés plusieurs fois depuis sa promotion en tant que chef et se sont mis en accord sur plusieurs dossiers, dont l’imposition d’une taxe sur l’entreprise Netflix au Canada.

Attaques envers les libéraux

Dans un autre dossier, la femme politique y est allée de critiques à l’endroit du Parti libéral de Justin Trudeau, notamment sur la légalisation de la marijuana. Ne se disant pas contre ce projet, Mme Ouellet ne comprend tout de même pas pourquoi ce dossier semble être une priorité pour le premier ministre, surtout que les profits engendrés par la vente de cannabis iraient entre les mains d’entreprises privées et n’iraient pas directement aux citoyens.

Mme Ouellet prévoit également profiter de son voyage au Saguenay pour visiter la base militaire de Bagotville afin d’analyser l’équipement qui est à la disposition des Forces armées canadiennes.

À propos de Émeric Montminy

Originaire de Saint-Basile-le-Grand, Émeric Montminy a été plongé dans le monde des communications à l’âge de trois ans. C’est en participant à deux jeux-questionnaires sportifs avec Paul Houde et Mitsou Gélinas qu’Émeric devint à l’aise avec les caméras et les micros. Au secondaire, il commence à parfaire son français écrit et ses aptitudes de relations interpersonnelles. Diplômé de l’École d’éducation internationale de McMasterville (EEI), Émeric quitte son domicile pour Jonquière afin d’apprendre à devenir un journaliste complet. Émeric a vécu de nombreuses aventures depuis son arrivée au Cégep de Jonquière. L’un de ses moments favoris reste certainement la fois où il a eu le privilège, grâce à TC Média, de couvrir les Jeux du Québec à Alma et d’être publié, pour la première fois, dans un véritable journal. Le meilleur reste à venir pour Émeric, qui reste persuadé qu’il n’aura jamais l’impression de travailler s’il perce dans le domaine du journalisme, car il n’aura qu’à se lever le matin, à faire ce qu’il aime et à rejoindre des collègues avec qui il partage une passion.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …