vendredi , 22 janvier 2021

Carrefour Racine | La Ville rejette le plan financier du promoteur

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a annoncé qu’elle ne ferait plus affaire avec le promoteur immobilier Paul Boivin dans le dossier de la réfection du Carrefour Racine, puisque le montage financier déposé à l’administration municipale serait de nature illégale.

«Il y a une disposition du montage financier qui rend la Ville responsable auprès du prêteur s’il y avait défaut de paiement par le promoteur. On ne peut pas prendre un engagement de cette nature», a expliqué Josée Néron devant le cercle de presse, mardi.

Mme Néron a mandaté la firme Cain Lamarre lors de la dernière séance du comité exécutif pour étudier le dossier. Il serait possible de voir le groupe Boivin porter sa cause devant les tribunaux afin d’obliger la mairesse à accepter le projet qui était estimé à 12 millions de dollars.

Le centre Georges-Vézina

Interrogée au sujet de l’avenir du Centre Georges-Vézina, la mairesse a affirmé que l’administration municipale et la Commission des sports et loisirs souhaitent rencontrer l’organisation des Saguenéens et le club de patinage de vitesse des Comètes pour débattre de la question. «Si on en vient à un règlement d’emprunt pour la bâtisse, nous serons obligés de passer par un référendum, telle est la loi», soutient Mme Néron. Elle ajoute toutefois que d’autres dossiers seraient priorisés comme ceux de la revitalisation de la place Nikitouagan et de l’église Saint-Édouard.

86 jours plus tard

Élue mairesse depuis 86 jours, Josée Néron soutient que «les gens voulaient du changement et de la transparence», promesse qu’elle dit avoir tenue. Malgré qu’elle ait brisé sa promesse de s’en tenir à l’inflation pour l’augmentation des taxes municipales, Mme Néron affirme que les gens l’ont suivie dans sa décision.

En ce qui concerne Promotion Saguenay, Mme Néron se dit heureuse que le quotidien ait changé alors que les fonctionnaires travaillent dorénavant de près avec les membres de l’organisation notamment dans le cas de procédures judiciaires.

À propos de Vincent Lanoie

Après avoir échoué les tests physiques en Techniques policières au Cégep de Sherbrooke à 16 ans, Vincent Lanoie a totalement changé son plan de carrière. Pourquoi? Parce que s’il y a quelque chose que le Granbyen d’origine ne peut pas cacher, c’est qu’il parle beaucoup et il le sait. C’est lors de son passage au secondaire, alors que Vincent animait les galas de fin d’année, que ses professeurs lui ont fait remarquer son talent de communicateur et son aisance sur scène. C’est à ce moment qu’il a décidé qu’un jour, on le verrait à la télévision. Sportif et passionné de sports, Vincent a lui-même porté les couleurs de son cégep en football. Il agit à titre de descripteur/analyste hockey pour la diffusion web des joutes des Élites de Jonquière au niveau Midget AAA. Bon vivant et motivé par la vie, il ne se ferme aucune porte quant à son avenir.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …