La Marine en opération séduction

La Marine appelle en renfort tous ceux désirant affronter de nouveaux défi s, et ce, peu importe l’âge… jusqu’à 57 ans.

«Nos bras sont grands ouverts afi n de les accueillir. Les besoins sont criants, tous ceux intéressés à s’enrôler peuvent le faire dès maintenant», soutient l’officier d’État-major au NCSM Champlain, Jean- François Harvey. Précisons qu’il est possible d’intégrer l’armée jusqu’à 57 ans. Comme l’âge de la retraite obligatoire se situe à 60 ans, l’armée demande un contrat minimum de trois ans au sein de l’armée régulière.

«Chaque personne possède sa propre histoire. Pour certains, leurs parents les ont empêchés d’intégrer la Réserve lorsqu’ils étaient plus jeunes. Ils en profitent alors pour réaliser leur rêve et joindre nos rangs plus tard», déclare M. Harvey. Lucie Néron, secrétaire depuis 20 ans, s’est enrôlée en novembre 2016 dans la Marine. Cette femme de 47 ans cherchait de nouveaux défis dans son travail. Lors de l’été 2016, Mme Néron a entamé sa qualifi cation Cette formation permet d’enseigner les compétences et les connaissances fondamentales communes pour la profession des armes afin d’opérer dans l’armée.

Comme une famille

«La majorité des participants sont des jeunes d’environ 18 ans. J’étais la plus âgée, il y avait après moi deux autres personnes dans la trentaine. Rapidement, nous sommes devenus une famille au sein de l’équipe. Certains se confiaient à moi, j’étais comme une mère. Ils me parlaient de leurs problèmes vécus avec leurs parents et moi avec mes enfants», raconte la mère de deux garçons. M. Harvey confirme que pour les plus jeunes, côtoyer un adulte se montre particulièrement formateur.

«L’armée m’apporte une structure au quotidien. De plus, j’ai rejoint une famille que je côtoie chaque semaine», affirme la militaire. Aujourd’hui, elle apprend le métier de technicienne d’approvisionnement.

«Je suis fière lorsque je suis vêtue en militaire et en rang. Je ne fais pas ça pour la guerre, mais pour aider la population et surtout m’épanouir», lance Lucie Néron dignement.

 

À propos de Simone Pilote

Fière Saguenéenne, Simone Pilote aspire depuis son enfance à faire carrière dans le domaine des communications. Ses champs d’intérêt sont la politique provinciale, les enjeux culturels à l’échelle du pays et les questions environnementales. En dehors de l’enceinte du Cégep, Simone bouge : le volleyball, la course, le vélo ou la natation... Férue de plein air, Simone séjourne chaque été depuis 11 ans dans un camp de vacances dédié à la randonnée pédestre dans les Appalaches. Elle considère d’ailleurs ce lieu comme sa deuxième maison, y travaillant comme monitrice auprès des jeunes depuis 2014. Après sa technique, elle souhaite poursuivre ses études à l’université. Au cours des prochaines années, elle désire voyager, perfectionner son espagnol et effectuer des piges à l’étranger tout en élargissant son champ d’horizon.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …