Nouveau record de dons pour Centraide

Centraide SaguenayLac-Saint-Jean a battu un nouveau record de dons en 2017 avec 2,1 millions $, dépassant son objectif qui était de 2 millions $. L’organisme a tenu à remercier les quelque 250 bénévoles et donateurs présents lors du dévoilement du bilan de cette 37e campagne mardi matin au Delta de Jonquière.

Centraide a tenu à remercier les bénévoles et les donneurs lors d’un déjeuner.

Ce sont 92 organismes et 80 000 personnes qui bénéficieront de l’argent. La présidente d’honneur Janick Tremblay a précisé que chaque dollar reste dans la région pour répondre aux besoins de tous ceux qui en ont besoin puisque personne n’est à l’abri des obstacles de la vie.

Les dons des campagnes proviennent de milieux de travail à 59 %, des entreprises à 32 % et du porte-à-porte à 9 %. Mme Tremblay a affirmé que cette année, il y avait une pression supplémentaire. «Il fallait prouver que les 2 millions $ amassés l’an dernier n’étaient pas une anomalie, mais que c’était bel et bien le nouveau standard», a-t-elle expliqué.

Cette dernière coprésidait la campagne avec son conjoint et ex-député, Stéphane Bédard. Ils ont souligné le plaisir sur le terrain à récolter les dons lors des levées de fonds. Ils ont senti que la population avait conscience de l’importance d’avoir une communauté forte. Ils passent le flambeau pour 2018 à deux personnes de chez RBC Banque Royale, soit la vice-présidente régionale Marché Nord et Est du Québec, Annick McLellan et le vice-président des services financiers commerciaux Saguenay–Lac-Saint-Jean Louis-Philippe Lavigne.

Les grands donateurs, tels que Rio Tinto et Hydro-Québec, ainsi que plusieurs autres dons corporatifs et campagnes en milieu de travail ont permis de soutenir des organismes comme des services budgétaires et des maisons de jeunes.

Centraide veut sensibiliser la relève en parlant aux jeunes. L’organisme vise autant pour la prochaine année avec le fruit du travail d’une centaine de bénévoles. «J’espère que 2018 sera à l’image de 2017», a clamé Mme Tremblay.

À propos de Camille Lacroix

Magogoise qui se nourrit de toute l’information qui l’entoure, Camille Lacroix laisse tomber sa coquille dès qu’on l’approche. L’actualité alimente son quotidien depuis qu’elle sait lire. Toujours prête pour l’aventure, elle sort de son confort pour voyager ou pour essayer de nouvelles choses. Elle a toujours en main des billets pour un spectacle à venir pour satisfaire son côté groupie refoulé. Camille a pu porter fièrement le chandail des Gaillards pendant deux ans lorsqu’elle a intégré l’équipe de cross-country. Elle adore le plein air tant pour la course, le vélo et le hiking. Elle souhaite d’ailleurs intégrer cette passion dans une future carrière en journalisme. Ayant une fervente détermination pour informer la population que ce soit par la télévision, la presse ou la radio, la journaliste en elle n’attend que de sortir. Une chose est sûre, sa curiosité va lui donner du fil à retordre afin d’arrêter son choix pour des études supérieures.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …