Conférence de Malorie Munger | Comment bien s’alimenter avant, pendant et après un entraînement

Bien s’hydrater, manger des glucides avant les entraînements et boire beaucoup d’eau après. Voici les principaux conseils que Malorie Munger, nutritionniste, propose aux amateurs de sports pour s’assurer d’avoir de bonnes performances.

C’est au petit café l’Exode d’Alma que Mme Munger a donné, mardi soir, une conférence sur l’alimentation aux sportifs qui voulaient en savoir plus sur la façon de s’alimenter avant, pendant et après un entraînement. Une vingtaine de personnes étaient présentes pour entendre ses conseils.

Une vingtaine de personnes étaient réunies pour entendre les conseils de la nutritionniste.

Après avoir démystifié la différence entre les glucides, lipides et protéines, la conférencière a expliqué l’importance de consommer des glucides environ 30 minutes avant l’entraînement. «Il est très important de consommer des glucides avant l’effort physique, ça permet de donner à ton corps l’énergie dont il a besoin», a-t-elle soutenu.

Elle a aussi précisé qu’il n’est pas nécessaire de boire des boissons à base d’électrolytes lorsqu’un entraînement dure moins de 30 minutes. Par contre, sur un effort physique de plus de deux heures, le corps aura besoin de plus de glucides qui peuvent se retrouver dans des barres énergétiques ou dans les bananes.

La nutritionniste a aussi parlé brièvement des précautions à prendre après un entraînement pour s’assurer que la santé et que la récupération va bien. Elle a donné quelques trucs pour éradiquer certains problèmes pouvant survenir pendant ou après l’effort. Par exemple, pour les maux de tête, il est important de boire beaucoup d’eau, pour les crampes, s’assurer d’avoir assez d’électrolytes et finalement, éviter les fibres, les gras et les protéines avant un entraînement pour éliminer les ballonnements.

Malorie Munger donne régulièrement des conférences au coût de 30 $ pour les sportifs, mais aussi sur l’alimentation en général.

À propos de Marie-Michèle Coutu

Kingsey Falloise d’origine, mais maintenant Drummondvilloise et Victoriavilloise à ses heures, Marie-Michèle Coutu a quitté son petit nid familial pour venir s’installer à Jonquière il y a maintenant deux ans avec un seul but en tête : travailler à RDS. Curieuse, passionnée, fonceuse et avec un certain (très fort) caractère, cette jeune femme de 20 ans à un intérêt pour le monde des médias depuis qu’elle a vu œuvrer Chantal Macchabée à RDS. Fan des Canadiens depuis sa tendre enfance, petite joueuse de soccer (elle mesure juste 5 pieds 3) et amatrice incontestable de la sauce à spaghetti de sa mère, Marie-Michèle n’a pas surpris son entourage lorsqu’elle leur a annoncé qu’elle quittait la maison pour étudier en journalisme de l’autre côté du Parc des Laurentides. Globetrotteuse lorsque les finances lui permettent et joueuse de bowling extraordinaire, Marie-Michèle n’est pas seulement passionnée du sport, mais aussi tout ce qui touche l’actualité internationale ainsi que canadienne. Son plus grand rêve serait de couvrir les Raptors de Toronto (NBA), mais pour une chaîne sportive francophone.

À voir aussi

Pêche blanche : vers une année record

La pêche blanche, qui était en déclin de popularité depuis quelques années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, retrouve …