dimanche , 17 janvier 2021

Financement insuffisant | Les organismes communautaires manifestent

Une cinquantaine de personnes ont manifesté jeudi midi à la Place du citoyen contre le manque de considération que démontre le gouvernement Couillard envers les organismes communautaires du Québec. «On est ici pour rappeler à l’État qu’il est minuit moins quart pour rectifier le tir dans le prochain budget», a affirmé la porte-parole de la Table régionale des organismes communautaires (TROC), Manon Jean.

La protestation de jeudi s’inscrit dans un mouvement de mobilisation et de visibilité régional, lui-même issu de la campagne unitaire Engagez-vous pour le communautaire. «Lundi, on a dévoilé notre logo: une horloge avec l’inscription Tic-Tac pour rappeler au gouvernement que le temps presse, a expliqué Mme Jean. Mardi, des gens de partout au Québec ont partagé notre logo sur les réseaux sociaux et mercredi, on a fait de l’affichage pour inviter la population à venir nous appuyer aujourd’hui».

La campagne s’articule autour de trois axes principaux. Le regroupement demande un financement adéquat, des subventions annuelles qui varient selon le coût de fonctionnement des organismes ainsi que le respect de la politique de reconnaissance de l’action communautaires et de la justice sociale.

Les manifestants étaient invités à apporter une petite horloge pour montrer de façon symbolique que le gouvernement doit agir rapidement. Parmi les organismes présents, plusieurs intervenantes de la Maison des familles de La Baie étaient du nombre en début d’après-midi. «C’en est assez de se faire bousculer de la sorte, a déclaré l’une d’entre elles. On est ici pour rappeler au gouvernement que nous sommes importantes.»

Après trente minutes de manifestation pacifique, les gens se sont bâillonnés et ligotés pour protester en silence durant 15 minutes. «C’est un geste d’impact, a conclu la porte-parole de la TROC. On voulait montrer au grand public comment on se sent face au détachement que l’on subit.»

À propos de Vincent Desbiens

Originaire de la métropole cosmopolite de 1459 habitants qu’est Larouche, Vincent Desbiens est un jeune homme passionné par le sport, l’écriture et le journalisme. Il adore être sous les feux des projecteurs d’un studio télé, devant un micro à la radio ou dans l’action à couvrir quelconque événement sportif ou culturel. Il se sent bien lorsqu’il passe du bon temps entre amis à pratiquer le dek hockey, son sport préféré. En grand amateur de statistiques et de rumeurs de transaction, il se fait un (trop selon certains) malin plaisir à discuter d’informations sportives loufoques. Vincent s’est découvert une passion pour la communication au cours de son parcours au secondaire en Arts et métiers de la scène, en répétant les grimaces et les cabrioles absurdes devant les spectateurs massés dans l’auditorium de la polyvalente Jonquière. Seul l’avenir dira comment Vincent départagera ses passions pour en faire un métier, tout ce qu’il sait, c’est qu’il veut écrire pour informer ou pour faire rire.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …