dimanche , 24 janvier 2021

ALCOOL AU VOLANT : LE MESSAGE NE PASSE PAS

Saguenay détient le titre de grand champion des régions métropolitaines québécoises concernant le nombre d’arrestations avec les facultés affaiblies, selon le dernier recensement disponible sur le site internet de Statistique Canada.

En 2015, 217 cas par tranche de 100 000 habitants ont été répertoriés sur le territoire de Saguenay. En comparaison, le nombre s’élève à 203 à Trois-Rivières, à 165 à Québec et à 145 à Montréal. La moyenne provinciale s’élève à 184 alors que celle nationale se situe à 201. « Nous effectuons quatre barrages par mois. Chaque année, on essaie de travailler différemment pour faire passer le message. Malheureusement, je ne pense pas qu’on va tomber à zéro un jour. Ça va toujours rester une réalité », mentionne le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier.

Pratiquement chaque fin de semaine, des arrestations ont lieu sur le territoire du Saguenay en lien avec l’alcool au volant. « La population nous dirige beaucoup vers les gens qui conduisent avec les facultés affaiblies. Cinquante pour cent de nos alcootests proviennent d’appels de citoyens qui nous ont avisés que le conducteur devant eux a consommé », indique M. Cormier.

De son côté, le criminaliste Charles Cantin s’occupe de 150 à 200 cas d’alcool au volant chaque année. «Mon associé et moi défendons plus de trois cas par semaine. C’est énorme, mais le message commence à passer tranquillement. Étant donné la forte médiatisation et les réseaux sociaux, la population est maintenant d’une grande aide. Un constat, une dénonciation, une arrestation! », mentionne-t-il.

De nombreuses campagnes de sensibilisation sont en place dans la région afin de conscientiser les jeunes au problème. Depuis maintenant cinq ans, Luc Tardif présente la pièce de théâtre Impact à laquelle plus de 2000 jeunes assistent chaque année. La Sûreté du Québec (SQ) a également installé, à différents endroits stratégiques de la ville, des voitures accidentées afin de sensibiliser les conducteurs au danger de l’alcool au volant. « Les gens qui grandissent avec le message vont aider à diminuer le pourcentage de conduite avec les facultés affaiblies. De plus, la population doit continuer d’en discuter et de planifier des retours sécuritaires. Plus on va en parler, plus les gens vont réaliser la problématique. Le travail doit se faire tous ensemble », ajoute M. Cormier.

 

 

 

 

 

 

À propos de Josée-Ann Jomphe

« Il n'est jamais trop tard pour réaliser ses rêves », affirme Josée-Ann. De retour sur les bancs d'école à 29 ans, la jeune femme réalise son rêve de petite fille en devenant maintenant journaliste. Déterminée, confiante et armée d'une joie de vivre inébranlable, elle est prête à prendre et à faire sa place dans le milieu. Maintenant dans la trentaine, ses passions sont bien assumées. La Jonquiéroise désire voyager, écrire, faire de la télé et surtout, continuer de travailler avec le public. Ces 15 dernières années dans le service à la clientèle ont éveillé sa curiosité sans cesse grandissante. Elle souhaite dorénavant toujours en apprendre davantage sur les gens, les endroits et leurs histoires. Josée-Ann est une bourreau de travail et elle est prête à tout pour gravir les échelons afin de devenir une journaliste réputée.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …