vendredi , 22 janvier 2021

L’art de combiner deux métiers

Amener des écrivains à avoir une certaine rigueur journalistique et amener des journalistes à se laisser aller dans cette liberté que permet la littérature. Voilà la mission du journaliste et auteur Frédérick Lavoie.

Frédérick Lavoie a fait le choix d’être journaliste indépendant afin d’avoir une liberté sur son contenu et de pouvoir partir à l’étranger sans une mission précise. « J’y vais sans savoir si mon aventure me permettra d’écrire un livre ou un reportage. C’est un droit unique que je peux m’accorder », mentionne l’écrivain. Selon lui, la littérature est ce qui enrichit le journalisme et il faut rapprocher les deux.

Frédérick Lavoie accorde une grande importance à sa préparation et son analyse des pays. Son expérience en prison lors de son passage en Biélorussie en 2006 lui aura beaucoup appris. Bien que les médias aient diffusé l’inquiétude de son sort et que ses parents se soient inquiétés, le voyageur expérimenté savait pourtant qu’il ne lui arriverait rien au lendemain de son arrestation. Le journaliste souligne l’importance d’être conscient des réalités du pays dans lequel il voyage. Il ne doit pas être surpris par une information, car il risquerait de dévier du sujet. « Si j’en ai plein les yeux, je perds l’essentiel. Je dois lire beaucoup afin d’absorber l’information et être suffisamment préparé afin de m’imprégner de l’endroit », précise l’écrivain et journaliste international.

Ayant creusé chaque recoin de la Russie, il aimerait désormais explorer l’Inde, un pays qui lui permettrait de sortir de sa zone de confort. Cependant, il est conscient que cette partie de l’Asie est un gros défi et qu’il gratte la surface en raison des complexités telles que les langues et les différentes religions. En Russie, plus précisément à Moscou où il aura habité durant quelques années, il avait de la facilité à passer incognito. Les gens pensaient qu’il était de leur communauté jusqu’au moment où il ouvrait la bouche. Cependant, en Inde, sa couleur de peau fait de lui un étranger puisqu’il n’arrive pas à se fondre dans la masse. Bien qu’il trouve difficile de rendre compte de la réalité de ce pays, il poursuit ses efforts afin de pouvoir en parler avec autorité lorsque le moment sera venu.

À propos de Vanessa Primeau

Originaire de Sorel-Tracy, Vanessa Primeau en est à son deuxième diplôme d’études collégiales. D’abord attirée par le secrétariat, elle obtient son diplôme en Techniques de bureautique, à l’été 2015, avant d’entamer une année d’expérience au sein d’une entreprise culturelle. Dans son bureau, Vanessa développe sa curiosité médiatique et, l’année suivante, elle décide de retourner aux études en Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière. Un retour sur les bancs d’école lui permet d’avoir un cheminement différent et constructif en étant impliquée dans plusieurs projets. Vanessa devient d’abord rédactrice puis éditrice l’année suivante du web magazine La Cerise et journaliste pour la plateforme web C20. Vanessa a un grand intérêt pour l’actualité, mais a surtout de la facilité à communiquer à l’oral, tant à la télévision qu’à la radio. Vanessa n’a pas peur des changements; elle espère d’ailleurs avoir la chance de découvrir une nouvelle région durant son stage de fin d’étude.

À voir aussi

ATM devient l’École supérieure en Art et technologie des médias

Grâce à un investissement de plus de cinq millions $ sur 10 ans du gouvernement du Québec, le Cégep …