mercredi , 27 janvier 2021

Légalisation du cannabis | Une nouvelle réalité pour les employeurs

 Une trentaine d’employeurs ont pris part à une formation organisée par la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord à l’hôtel La Saguenéenne ce mardi en vue de se préparer à la légalisation du cannabis prévue le 17 octobre.

«Les États qui l’ont légalisé dans le monde ont constaté une augmentation de consommation de 23 %, c’est sûr qu’inévitablement on peut penser qu’il va y avoir un comparatif similaire au Québec aussi. L’impact dans les milieux de travail est difficilement mesurable à l’heure où on se parle», a affirmé la directrice principale chez Raymond Chabot Grant Thornton et formatrice de la formation, Isabelle Simard.

Cette dernière a aussi fait valoir que la méconnaissance de la situation, les impacts potentiels de la consommation du cannabis sur la présence au travail et le rendement d’un employé inquiètent les chefs d’entreprises.

Des effets importants sont observables sur les capacités cognitives d’un consommateur de cannabis. La sécurité, l’assiduité au travail, la performance et les relations au travail sont toutes affectées, ce qui peut causer de graves problèmes dans un milieu de travail, a ajouté l’avocate en droit du travail et de l’emploi, Véronique Bédard-Tremblay.

Des obligations pour tout le monde

Mme Simard a également souligné que la légalisation du cannabis a entrainé une modification à la Loi sur la santé et sécurité du travail avec un ajout concernant le cannabis. L’article 51.2 stipule que «l’employeur doit veiller à ce que le travailleur n’exécute pas son travail lorsque son état représente un risque pour sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique, ou encore celle des autres personnes qui se trouvent sur les lieux du travail ou à proximité de ces lieux, notamment en raison de ses facultés affaiblies par l’alcool, la drogue, incluant le cannabis, ou une substance similaire.»

«Les employés ont eux aussi leur part de responsabilité. Ces derniers doivent fournir la prestation de travail à laquelle l’employeur est en droit de s’attendre. Ils devront donc s’en tenir aux nouveaux règlements établis dans leur lieu de travail concernant la consommation de cannabis», a conclu la formatrice Véronique Bédard-Tremblay.

 

À propos de Éliane Pilote

Mordue des communications et passionnée de l’aventure, Éliane Pilote quitte le nid familial à 17 ans afin de vivre son rêve : étudier le journalisme. Originaire du petit village de Laurier-Station dans la grande région de Québec, la jeune fille de 19 ans se lance d’un pas décidé dans la grande aventure d’ATM pour sa troisième année consécutive. Depuis, elle n’hésite pas à s’impliquer dans diverse activités parascolaires afin de compléter sa formation avec une certaine polyvalence. La journaliste en devenir est chroniqueuse pour la radio CKAJ, écrit pour le magazine web La Cerise, occupe le poste de rédactrice en chef pour le festival de l’ me à l’Écran et s’implique dans l’organisation de divers évènements. « Un journaliste qui n’est pas curieux est un curieux de journaliste ». Cette citation prononcé par l’un de ses enseignants inspire l’étudiante depuis sa première année dans le programme. Éliane ne manque pas l’Occasion de poser mille et une questions. Son ouverture d’esprit et sa curiosité l’accompagnent dans tous ses projets. C’est avec ce désir de découvrir qu’elle va à la rencontre des gens sans aucune gêne. Elle croit fermement que chaque individu est unique et qu’elle à beaucoup à apprendre de chacun d’entre eux.

À voir aussi

L’ÉNAM offrira un nouveau programme

L’École nationale d’apprentissage par la marionnette (ÉNAM) offrira en mars un nouveau programme d’accompagnement pour …