dimanche , 17 janvier 2021

Les candidats proposent leurs visions

Une vingtaine de personnes travaillant dans le secteur communautaire ont échangé avec les candidats qui se présentent dans la circonscription de Chicoutimi, mercredi matin, autour de différentes tables de discussions.  Les thèmes de l’enfance, la jeunesse et la famille, de la lutte à la pauvreté, des personnes ainées et handicapées et des enjeux du milieu communautaire ont été abordés.

Organisé par la Corporation de développement communautaire du Roc, l’évènement a permis aux candidats d’avancer leurs visions ainsi que leurs orientations sur les différents enjeux proposés. Une dizaine de minutes leur étaient allouées afin qu’ils puissent explique leurs idées et répondre aux questions des travailleurs du milieu communautaire.

Andrée Laforest, candidate de la Coalition avenir Québec, a assuré que ce secteur d’activité a besoin d’une grosse vague de changements. «La CAQ est un gouvernement qui veut être plus proche des gens et c’est exactement ce qu’on a fait ce matin. Écouter vos demandes et répondre à vos besoins», a-t-elle lancé.

La candidate libérale Marie-Josée Morency a abondé en ce sens. «À la base, ça commence sur le terrain. Le mot concertation est très important si on veut se développer localement et en tant que région», a-t-elle mentionné.

La péquiste Mireille Jean a conclu cette portion de l’échange avec ce qu’elle croit qui est nécessaire de faire pour un meilleur avenir social de la communauté. «Si on veut servir la population, ça prend un état qui est bien financé et un état qui est à la disponibilité de la population.»

Ces promesses n’ont pas convaincu Karine Bouchard qui travaille dans le milieu communautaire depuis plus 20 ans. Elle soutient qu’elle n’a jamais constaté de changements au sein des organismes. «Je peux vous dire qu’on en fait des campagnes. Je suis allée dans plusieurs comités, j’ai rencontré des politiciens, nous avons parlé de notre mission et sérieusement, je ne comprends pas qu’on en soit encore rendu là.»

 

 

 

 

À propos de Mari-Lou Bonenfant

La touche-à-tout de 19 ans se réjouit de pouvoir étudier dans un domaine qui la passionne depuis toujours : les communications. Véritable adepte de l’information, Mari-Lou ne fait pas les choses à moitié pour atteindre ses rêves les plus fous. Elle quitte Repentigny, sa ville natale, à 17 ans afin de venir étudier au Cégep de Jonquière en ATM. Comme bien d’autres, elle rêve de briller au petit écran un jour que ce soit en tant que présentatrice météo ou bien en tant que chroniqueuse culturelle. Pour atteindre ses plus grands objectifs, elle accepte donc tous les petits engagements qui s’offrent à elle sans chercher à brûler d’étapes. Animatrice de gala, chroniqueuse à la radio ou encore même journaliste pour une plateforme culturelle dédié à l’entrevue avec des personnalités du milieu artistique, Mari-Lou ne peut s’empêcher d’accepter de participer à des projets. Elle ne s’arrête jamais, c’est plus fort qu’elle. Voyageuse à ses heures et charmée par le monde de la mode, elle prend le temps de garnir soigneusement son coffre à outils avant de se lancer dans la cour des grands. Tôt ou tard, elle est convaincue que la vie lui donnera la chance de faire un métier qu’elle chérira.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …