Accueil / Opinions / Allez, aux urnes les jeunes !

Allez, aux urnes les jeunes !

En vue des élections du 1er octobre au Québec, de nombreuses initiatives pour encourager les jeunes à voter ont été mises en branle. Ces idées innovantes sont non seulement bénéfiques, mais nécessaires.

Au Québec, les 18 à 35 ans représentent 28 % de la population en âge de voter. Le taux de participation des jeunes a toujours été plus bas que celui du reste des électeurs dans les dernières années. En 2014, 58 % des 18-34 ans ont voté alors que le taux de participation de la population québécoise s’élevait à 71%.

Comment rejoindre cette génération désintéressée de la politique?

Depuis quelques semaines, certaines pages Facebook québécoises de meme (des images humoristiques reprises et déclinées en masse sur Internet) ont décidé de soutenir le parti Québec solidaire. La page Fruiter a expliqué sa démarche à l’aide d’une longue publication Facebook.

«Nous pensons que sortir de nos sentiers battus pour parler […] de politique peut aider une jeunesse un peu blasée à s’impliquer en politique davantage.»

La plateforme Rad, le laboratoire de journalisme de RadioCanada, a aussi lancé une série spécialement pour les élections provinciales. Dans un format très attirant pour les jeunes, de courtes vidéos expliquent les enjeux de la campagne, l’histoire des partis et l’actualité en lien avec la course électorale.

Il faut savoir innover pour rejoindre les jeunes. Il faut les atteindre là où ils se trouvent, sur Internet.

Le 1er octobre prochain, de petits bureaux de vote seront installés par le Directeur général des élections pour inviter les enfants à se prononcer sur une question démocratique. Un projet qui donnera aux petits l’habitude de pratiquer leur droit.

Espérons que ces initiatives sensibiliseront les jeunes et les inciteront à se prévaloir de leur droit démocratique. Il faut applaudir ces actions, mais il est nécessaire d’intervenir bien avant les campagnes électorales. Le gouvernement doit repenser la manière dont la démocratie est enseignée aux jeunes, notamment au secondaire.

En 2018, les jeunes représenteront le tiers de l’ensemble des électeurs québécois, leur vote aura une importance capitale.

De nombreux moyens de communication sont mis à disposition des citoyens pour communiquer avec leurs dirigeants, mais le vote reste le meilleur.

Les absents ont toujours tort. Lorsque l’on choisit de ne pas voter, on laisse d’autres personnes décider de l’avenir de notre province.

À propos de Ann-Sophie Gravel

Originaire de Saint-Georges, en Beauce, Ann-Sophie Gravel rêve de radio depuis son plus jeune âge. N’ayant pas eu de télévision câblée lorsqu’elle était jeune, un détail qu’elle se plaît à rappeler souvent à ses amis, Ann-Sophie a grandi en écoutant la radio de Radio-Canada tous les soirs plutôt que la télévision. Après une visite dans les studios de la société d’État ainsi qu’une visite en ATM, la jeune fille avait maintenant un but : venir étudier à Jonquière pour un jour, elle aussi, parler à la radio. Elle s’est toutefois ravisée après quelque temps pour finalement choisir le journalisme. Depuis, elle s’est découvert une passion pour l’écriture et l’actualité. Elle a coanimé une émission d’actualités à CKAJ, a écrit un texte pour le magazine AL13 et a travaillé un été en tant qu’agente de communication pour la Fédération de la relève agricole du Québec.

À voir aussi

Féminisme ou… anti-masculinisme?

À une époque où plus personne ne peut dire quoi que ce soit sans que …