Initiative d’Élections Québec | Laura et Julianne iront aux urnes

Laura, 11 ans, et Julianne, 13 ans, se rendront aux urnes le 1er octobre prochain à l’occasion des élections générales du Québec pour voter.  C’est la première fois que les mineurs à travers la province sont invités, tout comme leurs parents, à venir se prononcer.

Le jour des élections, tous les jeunes sont attendus pour voter sur la question de société: «Pourquoi penses-tu qu’il est important de voter?» Ce projet d’Élections Québec (ÉQ), annoncé en juillet dernier, a pour but d’implanter la routine électorale le plus rapidement possible chez les jeunes.  Lors d’élections partielles l’an passé, les circonscriptions de Gouin, à Montréal, et de Louis-Hébert, à Québec, ont servi de pilote à l’initiative. Avec ce projet, ÉQ croit pouvoir augmenter le taux de participation chez les 18-39 ans, dans un futur proche. Ce futur, c’est Laura et Julianne Gagnon de Chicoutimi.

Les deux jeunes filles qui sont respectivement en 6e année et en deuxième secondaire, sont, comme la plupart des jeunes, d’une nature curieuse. À l’apparition de pancartes électorales, les questions commencent à fuser. «Papa, pour qui tu vas voter?» «Maman, toi pour qui tu votes?» sont deux questions qui reviennent souvent selon Laura. «On aime ça comparer leur vote. D’habitude on sait déjà pour qui papa va prendre, parce qu’il parle beaucoup plus que maman», ajoute-t-elle.

Si les soeurs comprennent l’importance d’aller voter, elles ne sont pas certaines qu’une question sans réel enjeu est la bonne façon de s’y prendre. «On va y aller, mais on sait que ça ne sert à rien. Je ne sais pas si j’y serais allée, si c’était juste ma décision», s’exprime Julianne.

Interrogées sur le moyen de rendre la question plus intéressante, les filles répondent la même chose: elle doit compter. Les principales intéressées veulent que leur participation ait un impact. Une autre piste de solution selon elles serait de choisir une question qui les touche davantage. Une récente polémique par rapport au financement de sorties scolaires est un sujet qui pourrait intéresser les jeunes de la région, estiment-elles.

L’enjeu de l’heure

Pour Laura et Julianne, il est sans équivoque que l’enjeu le plus important des présentes élections est l’environnement. «Ça fait peur. C’est quand même notre avenir», s’inquiète Laura. Les jeunes filles martèlent qu’aucune cause ne devrait venir interrompre les efforts du gouvernement pour rendre le Québec plus vert. «À quoi ça va servir l’argent quand on sera tous mort?», conclut-elle.

À propos de Alex Tremblay

C’est dans le centre-ville de la Vieille-Capitale, qu’un jeune homme, dénommé Alex Tremblay vu le jour. Grandissant à Loretteville, une banlieue de Québec, les visites à la bibliothèques et les scouts viendront remplir ses soirs de la semaine. Cependant, ce n’est qu’à l’âge de 10 ans qu’il découvre ce qui deviendront deux de ses plus grandes passions. L’improvisation et le hockey viennent rapidement prendre une place d’importance dans sa vie. S’il se trouve un réel talent pour le premier, on ne peut pas en dire autant pour le second. Par contre, il possède une excellente connaissance sur ledit sujet. C’est au secondaire, qu’il se déniche une autre passion. Il rencontre The Grand Budapest Hotel qui viendra bercer son imaginaire. Depuis, il rêve de pouvoir réunir tout ce qu’il aime dans un projet à saveur humoristique.

À voir aussi

Cégep de Jonquière : lancement d’un jeu d’évasion virtuel

Un nouveau jeu d’évasion pour découvrir les programmes d’études dans un univers pré-apocalyptique nommé La …