Accueil / Arts & culture / Plaire ou «Déplaire» là est la question

Plaire ou «Déplaire» là est la question

Laurent Paquin sur scène dans la dernière partie de son spectacle accompagné de son ukulélé
Photo :Marie-Pier Lebrun

C’est à gorge déployée que les gens du Saguenay ont accueilli Laurent Paquin qui, disons-le, est sans l’ombre d’un doute loin de déplaire, même si c’est le titre du quatrième spectacle de l’humoriste qui cumule 20 ans d’expérience.

Sous un accueil chaleureux d’applaudissements Laurent Paquin lance vivement sa première blague qui implique le pénis de son meilleur ami. Il renchérit par la suite, «si le mot pénis te dérange, je vais dire comme ma blonde ‘’t’es pas rentré à la bonne place’’. Ça fait sursauter, mais ça donne rapidement le rythme de la soirée. Laurent Paquin explique ensuite qu’il s’agit en fait de sa blague «baromètre» . « Si t’as ri à cette joke-là, tu ne vas pas chialer du reste du spectacle.»

C’est d’ailleurs ce que l’on connaît de l’humoriste: un humour de stand-up franc, intelligent et rassembleur.

L’humoriste explique ce désir incessant que les gens ont de plaire à tout le monde, ou plutôt de ne pas déplaire. Celui-ci confie que pour sa part, il ne retourne jamais un plat au restaurant par peur de déplaire. «Une maudite chance que je n’ai aucune allergie!», lance-t-il.

Toujours aussi lucide, il est bien conscient que l’on ne peut pas déplaire à tout le monde, la preuve «même les pires salauds peuvent obtenir des votes». Une blague qui tombe à point et qui fait bien rire aussi peu de temps après les élections.

Dans son spectacle, il revient sur lui-même en autodérision en riant de son poids et du fait qu’il est boulimique amnésique. «J’oublie de me faire vomir.» Il explique d’ailleurs qu’il tente de faire plus attention et d’être plus actif, mais qu’en contrepartie il adore être assis. C’est d’ailleurs le commencement d’une série de jeux de mots qui rend hommage à l’intelligence qu’on lui connait.

Le spectacle est construit sans réelle ligne directrice ce qui donne lieu à une variété de sujets, en passant du casse-croûte chez Janine, aux gens qui font leur propre vin et surtout en parlant de ses enfants. Il offre d’ailleurs une imitation hilarante de sa fille. C’est ainsi que l’heure et demi sans entracte passe beaucoup trop vite.

Le verdict est tombé, Laurent Paquin a su plaire. Il terminera sa tournée de la région à Alma et Dolbeau le 5 et 6 octobre prochains.

À propos de Marie-Pier Lebrun

Sous son air discret, Marie-Pier Lebrun cache une véritable passionnée. Déterminée dans ce qu’elle entreprend, elle apprécie le travail minutieux et adore embarquer dans des projets avec des gens qui sont prêts à y mettre les efforts. Disons qu’elle est intense, toujours à sa façon! Marie-Pier a décidé d’entreprendre cette belle aventure qu’est le programme Arts Technologies et médias en journalisme. (Bien sûr elle ne savait pas qu’il faisait aussi froid au Saguenay en hiver). C’est d’ailleurs peut-être d’où est née sa passion pour le café, travaillant à titre de barista durant ses études, depuis bientôt trois ans. Toujours à la recherche de nouveaux défis et constamment en soif d’apprendre, elle décide de consacrer ses temps libres dans un programme à distance à l’Université Laval. Si le portrait n’était pas déjà assez chargé, elle complète très bien avec un défi en tête : courir son premier marathon avant ses 25ans.

À voir aussi

Barry Dawe | La famille avant la carrière internationale

Si mener une carrière internationale et d’entendre ses chansons jouer un peu partout dans le …