samedi , 17 novembre 2018
Accueil / Opinions / Marquis de Jonquière | Les points plus utiles que les poings
Marquis de Jonquière

Les points plus utiles que les poings

Les changements effectués par les Marquis de Jonquière durant la saison morte permettent aux partisans de rêver à nouveau au championnat, mais aussi de vivre une nouvelle ère, où le jeu de finesse sera priorisé par rapport aux bagarres.

Après avoir échoué à défendre son titre de champion de la coupe Verdure l’hiver dernier, l’organisation jonquiéroise a remanié son alignement en effectuant plusieurs transactions. Celle impliquant le capitaine de l’équipe, Hugo Carpentier, en a laissé plusieurs perplexes puisqu’il était l’un des joueurs, sinon le joueur, le plus apprécié à Jonquière.

L’arrivée de hockeyeurs comme Jonathan-Ismaël Diaby, Gabriel Lévesque et Mathieu Brisebois a permis à la formation de subir une cure de « rajeunissement » pendant la période estivale. Les Marquis miseront alors davantage sur la vitesse ainsi que sur le jeu physique pour vaincre leurs adversaires. Ce sera alors le début d’une nouvelle époque dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH).

Cette révolution ne plaira peut-être pas à tous les amateurs de hockey robuste, où les points seront bientôt plus utiles que les poings, alors que depuis 1996, elle est reconnue pour sa dangerosité sur glace.

C’est donc dire que malgré les bonnes performances à prévoir sur la patinoire, un changement se fera peut-être remarquer dans la vente de billets, si le style de jeu est appelé à changer.

Le retour des vétérans James Desmarais, des frères Malouin et du gardien Cédrick Desjardins, ajouté aux recrues et transactions effectuées cet été donnent raison aux partisans d’être optimistes pour la saison 2018-2019, qui a pris son envol hier soir alors que les Marquis affrontaient l’Assurancia de Thetford, au Centre Mario-Gosselin.

 

À propos de Mathieu Bédard

Originaire de Val-Bélair, à Québec, Mathieu Bédard a quitté son nid familial dès l’âge de 18 ans dans l’espoir de réaliser son rêve et d’y faire métier dans le monde du journalisme. Encore très jeune, Mathieu a développé une passion pour les statistiques sportives, si bien qu’il pouvait énumérer le rendement d’une centaine de joueurs actifs et retraités de la Ligue nationale de hockey. Aujourd’hui, il est de retour à son premier amour : le hockey, alors qu’il est gestionnaire des réseaux sociaux des Saguenéens de Chicoutimi depuis deux ans. Son caractère, ses connaissances sportives ainsi que son désir de communiquer ont donné lieu à plusieurs débats sportifs sans fin. Outre son admiration pour le sport, Mathieu est un jeune homme qui adore passer du temps entre amis autour d’un feu, accompagné d’une guitare qui lui permettra de fredonner de nombreux succès québécois.

À voir aussi

La nouvelle règle des trois «D»

Quand on parle d’environnement, le code mnémotechnique qu’on apprend aux enfants est celui des trois …