Pêche au saumon dans la rivière à Mars | Plus généreuse en 2018

Alors que la population du saumon atlantique dans les autres cours d’eau du Saguenay ne s’est pasmontrée plus abondante, celle dans la rivière à Mars a dépassé les attentes prédites pour la saison 2018. Les dernières statistiques de Contact Nature Rivière- À-Mars ont démontré une augmentation autant dans les prises que dans les remises à l’eau.

Photo courtoisie – Le pêcheur Jérôme Tremblay et sa prise de 90 cm à l’été 2018
Les dernières données enregistrées montrent au total 30 saumons capturés comparativement à 13 en 2017 dans la rivière à Mars. La population de saumons d’une longueur supérieure à 30 centimètres et inférieure à 60 centimètres(celle autorisée à la capture) s’est montrée beaucoup plus généreuse qu’espérée selon le directeur adjoint de Contact Nature Rivière-À-Mars.
De plus, les statistiques ont démontré qu’en 2018, 254 saumons ont frayé dans la rivière à Mars contrairement à 187 en 2017. «La situation a été très différente de ce qui était prévu au départ», a mentionné Pier-Luc Champagne. Pour l’instant, aucune explication ne justifie ce revirement de situation.
Toutefois, un nombre plus grand de femelles saumons a été enregistré durant l’été. Pour la préservation de la nature et la survie de l’espèce, «les pêcheurs doivent obligatoire- ment les remettre à l’eau», a soulevé le directeur adjoint. Un facteur qui pourrait expliquer l’augmentation du nombre de remises à l’eau à l’été 2018.
Pour le passionné et adepte de pêche Jérôme Tremblay, la rivière à Mars est l’une des rivières du Québec qui montre les plus beaux saumons. Même si les conditions estivales n’ont pas été favorables et que les montaisons ont été très tardives, les commentaires ont été plus positifs cette année, selon lui. «Les pêcheurs ont en majorité, apprécié leur expérience en 2018», a-t-il confié.
Mentionnons que le Saguenay–Lac-Saint-Jean a connu un été très chaud avec peu de précipitations. En juillet dernier, la canicule qui a touché la région a forcé Contact Nature Rivière-À-Mars à interrompre les activités sur la rivière à Mars durant deux jours.

À propos de Emilie Gagnon

Originaire du Saguenay, la jeune femme de 26 ans est passionnée par le sport, le droit et la photographie. La rédaction du reportage écrit est un aspect qu'elle apprécie beaucoup, mais ce qu'elle désire le plus faire dans la vie, c'est travailler dans le milieu télévisuel. Le côté humain a toujours été un aspect important pour Emilie : elle adore découvrir l'histoire qui se cache derrière chaque personne. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui la pousse à faire du journalisme.

À voir aussi

Pêche blanche : vers une année record

La pêche blanche, qui était en déclin de popularité depuis quelques années au Saguenay-Lac-Saint-Jean, retrouve …