samedi , 17 novembre 2018
Accueil / Opinions / Le cellulaire, héritier du briquet

Le cellulaire, héritier du briquet

Déjà qu’écouter un spectacle dans une foule compacte n’est pas toujours chose facile (surtout pour ceux dont la puberté a oublié de donner quelques pouces), ça l’est encore moins lorsque s’érige devant nous un mur de téléphones intelligents ou, encore pire, de tablettes.

Certains artistes ont pris des mesures pour renouer de façon traditionnelle avec leur public. C’est le cas de Jack White qui a banni l’utilisation des téléphones lors de sa plus récente tournée grâce à l’utilisation de la technologie Yondr. Le téléphone est inséré dans une pochette scellée et à chaque sortie de la salle de spectacle, on retrouve une borne magnétique pour ouvrir l’étui et récupérer son appareil.

D’autres artistes ont aussi joint le mouvement anti-cellulaire dont Adele, Alicia Keys, Wesley Shulz (The Lumineers) et Donald Grover (Childish Gambino). Certaines voix récalcitrantes s’élèveront pour dire qu’ils ont payé leur billet, donc il ont le droit. Cependant, ces gens ne se rendent probablement pas compte qu’ils en auraient davantage pour leur argent s’ils laissaient leur téléphone de côté afin de profiter du spectacle.

Les artistes passent beaucoup de temps à orchestrer l’oeuvre qui est présentée, il est donc irrespectueux de ne pas leur porter l’attention qu’ils méritent. Pour avoir droit à ce moment de symbiose entre l’artiste et son public qui fait la différence entre écouter notre chanson préférée dans l’autobus ou dans une salle de spectacle, il faut une part de concentration et de dévouement des deux côtés.

Néanmoins, utilisée intelligemment, la technologie peut améliorer l’expérience. Lors de la dernière tournée du groupe U2, les spectateurs étaient invités à télécharger une application pour vivre le spectacle d’une autre manière. Une fois l’application lancée, l’utilisateur est invité à diriger sa caméra vers la scène. Un peu à la manière de Pokemon GO, une campagne de publicité apparaissait en réalité virtuelle pour sensibiliser les gens aux enjeux mondiaux.

Aussi, l’utilisation des cellulaires permet de donner une visibilité aux artistes et de faire de la publicité, mais il s’agit d’une arme à double tranchant. Si vous avez déjà vu un numéro d’humour sur le Web, le ririezvous autant en l’entendant une fois assis dans la salle?

À propos de Nicolas Bourcier

Alors qu’aucune pilosité n’occupait son visage et qu’il n’était qu’un enfant, sa mère se plaisait à dire qu’«avec Nico dans l’auto, on a pas besoin de radio.» Aujourd’hui sa mère peut l’écouter à la radio, puisqu’il a fait ses premières armes à la station régionale CKAJ 92,5 il y a deux ans, lors de son entré en ATM. Ce sportif de nature s’est épris du soccer lorsqu’il était jeune, mais s’est découvert une passion pour la course en sentier et la course à obstacles depuis qu’il est au cégep. Aussi, la musique occupe une grande place dans son quotidien. Dans le futur, vous retrouverez probablement ce jeune aux allures de viking vagabondant avec son sac à dos à l’autre bout du monde et le sourire fendu jusqu’aux oreilles.

À voir aussi

La nouvelle règle des trois «D»

Quand on parle d’environnement, le code mnémotechnique qu’on apprend aux enfants est celui des trois …