dimanche , 15 septembre 2019
Accueil / Sports & loisirs / Théo Rochette ne regrette pas sa décision

Théo Rochette ne regrette pas sa décision

L’attaquant Théo Rochette a trouvé sa niche avec les Saguenéens de Chicoutimi.

Repêché au septième rang par les Saguenéens de Chicoutimi lors du dernier repêchage de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, le Canado-Suisse Théo Rochette a passé par une tonne d’émotion au cours des derniers mois. La recrue a dû d’adapter à un nouveau style de jeu en plus de vivre dans une nouvelle ville, à plus de 5000 km de la maison.

Le joueur de centre a vu le jour à Donnaconna, où il a disputé quelques saisons dans le hockey mineur québécois. Il s’est ensuite exilé en Suisse puisque son père, Stéphane, a accepté de devenir analyste à la télévision là-bas. Théo a alors continué sa carrière de hockeyeur à Lausanne. À 15 ans l’an dernier, il se mesurait à des joueurs beaucoup plus âgés que lui, mais cela ne l’a pas empêché d’amasser 34 points en 48 parties.

Afin de réaliser son rêve de jouer dans la Ligue nationale de hockey, Rochette a pris la décision de rejoindre la LHJMQ puisqu’il croit que c’est le meilleur tremplin pour joindre la cour des grands. Depuis le mois de septembre, il est installé à Chicoutimi en compagnie d’une personne bien spéciale. Contrairement à tous les autres joueurs des Saguenéens qui habitent en famille de pension, le jeune homme de 16 ans a le privilège d’avoir sa mère, Christine Rochette, à ses côtés.

«Ma mère m’aide énormément. C’est un choix qu’on a fait pour cette première année. On verra à la fin de la saison si elle souhaite rentrer en Suisse, où est resté mon père», a mentionné celui qui n’a pas eu de difficulté à s’adapter au style de jeu nord-américain.

«Je commence tranquillement à m’habituer à la vitesse dans la Ligue. Je crois que j’ai connu un bon début de saison même si je n’ai pas obtenu beaucoup de points, explique-t-il. Le jeu physique est pas mal plus élevé. Lorsque tu reçois la rondelle, il faut vraiment que tu saches qu’est-ce que tu vas faire avec. La vitesse d’exécution est plus rapide.»

Un jeune facile à «coacher»

Depuis le début de la saison, Rochette ne cesse d’augmenter son niveau de jeu. L’entraîneur-chef des Saguenéens, Yanick Jean, avoue qu’il a remarqué une progression depuis le premier jour du camp d’entraînement. «Il joue avec de la confiance offensivement et il a un désir d’apprendre vraiment exceptionnel», a indiqué le pilote des Sags.

Jusqu’à maintenant, la recrue aimerait produire plus offensivement, mais son entraîneur ne souhaite pas qu’il saute des étapes. «Il a beaucoup de chances de marquer. Je n’ai aucune attente de production envers nos joueurs de 16 ans. J’ai plutôt des attentes en termes de progression», a expliqué Jean.

À propos de Anthony Toupin

Grand amateur de sport depuis qu’il est tout jeune, Anthony étudie en Art et technologie des médias dans le but de devenir journaliste sportif. Natif de Champlain, un village situé tout près de Trois-Rivières, il a commencé à travailler dans le domaine des médias dès l’âge de 15 ans alors qu’il s’occupait des médias sociaux et du site web des Cataractes de Shawinigan. Cette expérience lui a ensuite donné la chance de devenir pigiste attitré à la couverture des Saguenéens de Chicoutimi pour le Journal de Québec. Grâce à ce nouveau défi, il a eu la chance de couvrir plusieurs événements, dont des compétitions de curling et de cyclisme. Son plus grand rêve serait d'être journaliste sportif dans la Ligue nationale de hockey.

À voir aussi

Les Sags l’emportent en prolongation

Les Saguenéens de Chicoutimi (28-20-7) sont venus à bout des Remparts de Québec (22-21-11), par …