Accueil / Actualités / Des chiens-saucisses en mode Halloween


Des chiens-saucisses en mode Halloween


Des citrouilles, des pères Noël et des hot-dogs ont envahi la cour arrière de l’entreprise Vie de chien de Saint-Honoré, dimanche, alors que s’est tenu un rassemblement de teckels spécial Halloween.

Organisée dans le but d’échanger avec les autres propriétaires de chiens saucisses du Saguenay, cette première édition est un succès pour l’instigatrice du projet, Véronique Boivin, propriétaire du centre d’éducation canine Vie de chien Saguenay. «C’est quelqu’un qui m’a demandé de faire un rassemblement de teckels, j’ai tout de suite embarqué dans l’aventure!»

Véronique Boivin, la propriétaire des lieux, a accordé quelques minutes à La Pige. Crédit photo: Jérémy Bernier

La cour clôturée du site a permis à une vingtaine de chiens de sautiller autour des maîtres qui les regardaient faire la course avec leurs camarades canins. Les animaux étaient habillés bien spécialement en raison d’une thématique lancée par Mme Boivin. «Ce sont des chiens dont les propriétaires ont un engouement pour la race, ils adorent voir d’autres teckels, ils sont des fans

Le journaliste Jérémy Bernier accompagné d’un des teckels de l’événement déguisé en citrouille. Crédit photo: Camille Lalancette

Rencontre entre les maîtres

Selon Alex Gravel, les teckels sont des animaux adorables et merveilleux pour les familles. «Ils ont beaucoup d’énergie et ils aiment les enfants, ce sont des chiens qui n’ont pas de mal à se faire aimer», dit-elle en caressant la tête de Kenzie, maman de quatre petits chiots.

Maya, la petite chienne de 4 ans et demi, a été abandonnée et recueillie depuis par Ginette Larouche. Le maître et le chien semblent s’épanouir ensemble. «Ça a pris trois mois avant de l’apprivoiser. Depuis que je l’ai, je suis en amour!», raconte-t-elle les yeux remplis d’une lueur enthousiaste. «C’est vraiment un beau sauvetage, je suis très heureuse de l’avoir chez moi», confie-t-elle avant de voir Maya courir vers les autres chiens.

Les teckels s’amusaient dans le parc clôturé sous la supervision des maîtres. Crédit photo: Jérémy Bernier

Des prix étaient offerts aux plus beaux costumes afin de bien conclure la journée. Les animaux n’étaient pas gênés par leur accoutrement, bien au contraire, cela les aidait à garder leur chaleur. «Ce sont des chiens qui ont froid et qui portent des manteaux, alors les déguisements ne les dérangent pas vraiment», souligne Véronique Boivin. Par ailleurs, les chiens participants devaient être stérilisés et bien s’entendre avec les autres compagnons canins.

À propos de Camille Lalancette

Camille Lalancette est une apprentie journaliste qui rêve d’oeuvrer dans les médias spécialisés en agriculture. Fille d’agriculteur, elle prévoit s’inscrire au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval pour jumeler son intérêt de la communication à l’agriculture, son berceau depuis sa tendre enfance. Originaire de Rochebaucourt, petit village de l’Abitibi-Témiscamingue, elle souhaiterait revenir s’installer dans sa région natale. Son arrivée à Jonquière lui a donné une certaine autonomie et l’a initiée à de nouveaux genres musicaux. Camille aimerait être reconnue pour son amour de la culture québécoise, son enthousiasme et sa vivacité d’esprit.

À voir aussi

Sujets sensibles : les journalistes doivent être prudents

Certains médias minimisent les risques de traiter les sujets sensibles avec sensationnalisme. Le poids des …