Accueil / Opinions / Patinoire olympique | Saguenay doit conserver cet acquis
Patinoire olympique

Saguenay doit conserver cet acquis

Saguenay doit tout mettre en œuvre pour conserver une patinoire de grandeur olympique dans la région, que ce soit au nouvel amphithéâtre que la Ville souhaite construire au centreville de Chicoutimi ou ailleurs sur le territoire saguenéen.

En ce moment, la seule patinoire de cette grandeur de la région se retrouve au Centre Georges-Vézina, et dans les plans de la mairesse Josée Néron, la glace du prochain amphithéâtre devrait être de taille standard. Cette incertitude est inquiétante pour les patineurs de vitesse des Comètes de Chicoutimi, qui se retrouveraient alors sans domicile pour pratiquer leur sport de prédilection.

Pourquoi pas en rénover une déjà existante?

La solution qui paraît la plus simple serait de transformer une glace déjà construite en glace olympique. L’opération est cependant beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Changer une glace comme celle du Pavillon de l’agriculture se ferait à un coût important, puisque les estrades devraient être reculées pour l’agrandissement et des rénovations devraient être faites autour de la glace. Par exemple, le Centre Bruno-Verret, à SaintÉtienne-de-Lauzon, a même dû devenir un centre deux glaces pour accueillir la fameuse glace olympique tant voulue à Lévis.

Québec la seule autre option

Sans cette glace olympique saguenéenne, ceux qui rêvent d’avoir de brillantes carrières comme les Jeannoises Marianne St-Gelais et Valérie Maltais devront se déplacer du côté de Québec. Ces jeunes athlètes devraient, pour garder la même cadence d’entraînement que celle actuelle, aller dans la capitale nationale deux fois par semaine pour pratiquer leur sport préféré. Imaginez si l’on devait faire faire la même chose aux joueurs de soccer ou aux joueurs de baseball, pour qui on va justement construire un nouveau centre multisports à Jonquière.

Pépinière de talents

De très bons patineurs natifs d’ici sont passés par la glace du Centre Georges-Vézina, et il serait dommage d’empêcher de nouveaux patineurs de vitesse de se développer, que ce soit au nouvel aréna des Saguenéens ou ailleurs.

À propos de Jasmin Blanchette

Épuisé de se disputer au Collège de Lévis avec ses enseignants et amis à propos de la politique, le jeune Jasmin Blanchette vient chercher un asile de paix à Jonquière avec l'objectif d'en repartir journaliste. il ne s'est jamais gêné pour exprimer sa façon de penser à qui veut l'entendre (et même à ceux qui ne le veulent pas). Natif du joyeux village de Saint-Charles-de-Bellechasse, il possède un certain bagage professionnel à son actif, lui qui a travaillé comme journaliste et animateur à la station régionale Passion Fm lors des deux dernières périodes estivales. Passionné de sports et de politique, le jeune Blanchette caresse toujours le rêve de revoir ses Amours jouer un match de baseball sur l'île de Montréal, eux qui lui ont fait vivre sa première peine d'amour lors de leur départ en 2004. Si jamais vous le cherchez, vous pouvez être certains de l'entendre être arrogant envers ses adversaires sur un court de basketball ou sur un terrain de balle en été, ou bien encore sur la patinoire de son quartier en hiver.

À voir aussi

Les billets verts du Père Noël

Ceux qui décorent avant le mois de décembre sont les mêmes qui nous font détester …