Accueil / Actualités / Projection du film Demain | Des étudiants abordent le sujet de l’environnement
Projection du film Demain

Des étudiants abordent le sujet de l’environnement

Le film-documentaire Demain a été présenté à l’Université du Québec à Chicoutimi mardi devant une cinquantaine de personnes. Le Comité environnemental de l’UQAC a apporté l’idée dans le but de présenter une vision différente et plus approfondie des problèmes environnementaux.

Affiche du film-documentaire Demain Crédit Photo: www.demain-lefilm.com

Le film Demain, séparé en cinq chapitres sur les enjeux environnementaux comporte un volet sur l’alimentation, l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. Expliqués sous divers exemples dans le monde, ces facteurs sont décortiqués de façon à bien faire comprendre ce qui doit être ciblé pour parvenir à une planète saine. Sorti le 27 novembre 2015 dans les cinéma français, le film est toujours d’actualité et offre une perception positive des moyens pour contrer le réchauffement climatique.

«Premièrement, notre mission était de montrer un film inspirant sur l’environnement, parce qu’on sait que ça va mal et par la suite de créer une discussion et de voir les solutions», a précisé le responsable de l’activité et étudiant au baccalauréat en plein air, Antoine Turgeon.

«Nous avons opté pour un film-débat, dans le but de communiquer sur l’environnement et de discuter sur les actions à faire dans la région et accessibles aux étudiants de l’UQAC», expliquait M Turgeon.

Après la projection, une discussion a eu lieu et plusieurs idées ont été amenées.  Le Comité environnemental en a pris note et certaines seraient à développer. «Il y a plein de gens qui semblent vouloir réaliser des choses et, souvent, ils ne savent pas où se proposer. Notre comité voudrait faire de la promotion de ces événements et créer une communauté active», propose l’étudiante en toxicomanie et membre du Comité environnemental, Judith Abadon.

Par ailleurs, le Comité environnemental travaille déjà sur certains projets sur le terrain de l’UQAC. «Un autre sous-comité essaie de développer un projet de ruches sur les toits de l’Université, nous voulons faire la promotion de la forêt nourricière, ajouter des gens et trouver des bénévoles à la réalisation des projets», a énuméré Antoine Turgeon.

«C’est un sujet qu’on entend souvent parler, mais on veut que les gens se mobilisent, alors avec le comité on essaie diverses activités» a mentionné Mme Abadon.

À propos de Camille Lalancette

Camille Lalancette est une apprentie journaliste qui rêve d’oeuvrer dans les médias spécialisés en agriculture. Fille d’agriculteur, elle prévoit s’inscrire au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval pour jumeler son intérêt de la communication à l’agriculture, son berceau depuis sa tendre enfance. Originaire de Rochebaucourt, petit village de l’Abitibi-Témiscamingue, elle souhaiterait revenir s’installer dans sa région natale. Son arrivée à Jonquière lui a donné une certaine autonomie et l’a initiée à de nouveaux genres musicaux. Camille aimerait être reconnue pour son amour de la culture québécoise, son enthousiasme et sa vivacité d’esprit.

À voir aussi

Sujets sensibles : les journalistes doivent être prudents

Certains médias minimisent les risques de traiter les sujets sensibles avec sensationnalisme. Le poids des …