dimanche , 26 janvier 2020
Accueil / Actualités / Une touche saguenéenne aux funérailles de Bernard Landry

Une touche saguenéenne aux funérailles de Bernard Landry

L’organiste Martin Boucher (à gauche) remplaçait Pierre Grandmaison (à droite) mardi dernier.

Il y avait une touche saguenéenne aux funérailles d’État de Bernard Landry mardi, alors que le Chicoutimien Martin Boucher était posté à l’orgue pour les derniers adieux à l’ancien dirigeant politique.  

C’est par un enchaînement de hasards que le Saguenéen s’est retrouvé à jouer de l’orgue à la Basilique Notre-Dame, pour que les funérailles d’un des hommes politiques les plus populaires des dernières années.

«Quand l’organiste titulaire Pierre Grandmaison s’absente ou qu’il est à l’extérieur, comme dans ce cas-ci en raison d’un concert en Europe prévu depuis longtemps, c’est moi [l’organiste remplaçant] qui assure la relève à la Basilique. […] M. Landry est décédé pendant ce temps, alors j’ai dû remplacer M. Grandmaison.»

Même s’il n’a jamais eu la chance de le rencontrer en vrai, M. Boucher le considère aussi grand que les «Honoré Mercier, Henri Bourassa, Jean Lesage, René Lévesque et Jacques Parizeau.»

L’organiste s’est senti fier d’avoir pris part aux funérailles de celui qu’il considère comme un grand bâtisseur du Québec. «C’est un très grand honneur d’y avoir participé. C’était le service d’un grand homme politique qui a tout donné. […] De pouvoir servir pour lui, quand on sait que c’était un grand mélomane, qui aimait bien l’orgue en plus, c’est tout un honneur», affirme d’emblée l’organiste natif de la région.

Il estime avoir livré une bonne performance, lui qui «ne se s’attribue pas un 100%», mais se donne quand même une bonne note. «Je suis assez content, je suis très fier de mes collègues aussi. Il y avait 12 chanteurs, qui sont des collègues, dont quelques-uns avec qui j’ai étudié au Conservatoire de musique de Saguenay.»

Une Jeannoise était également de la partie 

La chanteuse native de Dolbeau-Mistassini Marie-Nicole Lemieux faisait, elle aussi, partie de l’équipe des funérailles. Martin Boucher a d’ailleurs pris le temps de la saluer sur son mur Facebook, sur lequel il a écrit «Merci à Marie-Nicole Lemieux pour sa générosité, sa complicité et sa si grande musicalité» dans son texte de remerciements envers son équipe.

 

Crédit photo: Jacques Robert

À propos de Jasmin Blanchette

Épuisé de se disputer au Collège de Lévis avec ses enseignants et amis à propos de la politique, le jeune Jasmin Blanchette vient chercher un asile de paix à Jonquière avec l'objectif d'en repartir journaliste. il ne s'est jamais gêné pour exprimer sa façon de penser à qui veut l'entendre (et même à ceux qui ne le veulent pas). Natif du joyeux village de Saint-Charles-de-Bellechasse, il possède un certain bagage professionnel à son actif, lui qui a travaillé comme journaliste et animateur à la station régionale Passion Fm lors des deux dernières périodes estivales. Passionné de sports et de politique, le jeune Blanchette caresse toujours le rêve de revoir ses Amours jouer un match de baseball sur l'île de Montréal, eux qui lui ont fait vivre sa première peine d'amour lors de leur départ en 2004. Si jamais vous le cherchez, vous pouvez être certains de l'entendre être arrogant envers ses adversaires sur un court de basketball ou sur un terrain de balle en été, ou bien encore sur la patinoire de son quartier en hiver.

À voir aussi

Josée Néron appuie le Publisac

La mairesse de Saguenay, Josée Néron, a confié au Quotidien cette semaine qu’elle défend fermement …