mardi , 19 février 2019
Accueil / Sports & loisirs / Fermeture du sentier 383 | Les motoneigistes devront encore patienter
Fermeture du sentier 383

Les motoneigistes devront encore patienter

L’ensemble des régions du Québec va bientôt pouvoir profiter de la saison de motoneige.

 

Les motoneigistes de la région devront patienter encore avant d’avoir des nouvelles du sentier 383, actuellement fermé, qui relie Jonquière et Laterrière. Pour l’instant, il n’y a pas d’avancement en ce qui concerne les négociations du droit de passage, selon le président du Club de motoneigistes du Saguenay, Jules Tremblay.

Le droit de passage de la piste 383 est en litige avec des propriétaires de terres depuis juillet 2017, ce qui oblige les usagers à faire un long détour de plus d’une heure de route. «Les citoyens ne doivent pas avoir peur, on va les mettre au courant d’ici un mois», assure Jules Tremblay.

Mais pour le propriétaire de l’Érablière au Sucre d’or, Sylvain Néron, il y a un manque de communication flagrant de la part du Club de motoneigistes du Saguenay. C’est par l’entremise d’un client qu’il a appris la fermeture du sentier 383 la saison passée. «Le problème, c’est que la voie n’est plus accessible depuis juillet 2017, et que je ne l’ai su qu’en fin décembre», a-t-il reproché aux responsables.

Le 9 novembre dernier, le Club de motoneigistes du Saguenay, composé uniquement de bénévoles, a avisé la population par le biais d’une publication Facebook que les responsables étaient actuellement en discussions avec les propriétaires du secteur afin de trouver des solutions permettant le droit de passage pour la saison 2018-2019.

Plusieurs entreprises vivent avec les répercussions de cette fermeture située entre le barrage de Laterrière et l’intersection de la 368. Le propriétaire de l’Érablière au sucre d’or a d’ailleurs confirmé qu’à l’hiver 2017, sa clientèle a diminué de 50 à 60 %, occasionnant une baisse de profits significative. «Si je l’avais su avant, je n’aurais pas ouvert l’an passé», a admis le propriétaire de Laterrière.

Pour sa cinquième année consécutive et à la demande du Club, le commerce est devenu un Relais de motoneiges. Sylvain Néron reproche à l’administration du Club de motoneigistes du Saguenay de ne pas l’avoir contacté personnellement au sujet de la situation actuelle.

À propos de Emilie Gagnon

Originaire du Saguenay, la jeune femme de 26 ans est passionnée par le sport, le droit et la photographie. La rédaction du reportage écrit est un aspect qu'elle apprécie beaucoup, mais ce qu'elle désire le plus faire dans la vie, c'est travailler dans le milieu télévisuel. Le côté humain a toujours été un aspect important pour Emilie : elle adore découvrir l'histoire qui se cache derrière chaque personne. C'est d'ailleurs l'une des raisons qui la pousse à faire du journalisme.

À voir aussi

Arbitre dans la LHJMQ | Jean-Sébastien Cloutier fait sa marque

Jean-Sébastien Cloutier a fait ce que personne n’a été capable de faire dans les 14 …