mercredi , 24 juillet 2019
Accueil / Actualités / Les employeurs innovent pour les milléniaux

Les employeurs innovent pour les milléniaux

 

Des horaires flexibles, la valorisation de leurs tâches et des espaces de travail au goût du jour, les milléniaux sont plus sélectifs en matière d’emploi, selon le conseiller du Carrefour jeunesse emploi Saguenay, Serge Tremblay.

Bien que le salaire soit un critère important, les milléniaux ont bien d’autres points à analyser avant celui-ci. Selon Serge Tremblay, les personnes âgées entre 15 et 35 ans sont à la recherche d’un emploi qui stimule davantage leurs capacités. «Ils veulent que le résultat de leur travail soit utile plutôt que de travailler pour l’argent», mentionne-t-il.

Le marché du travail s’élargit et les emplois sont nombreux, c’est pourquoi certains croient que les jeunes sont moins loyaux envers leur employeur. «Plus de choix, ça signifie aussi plus de changements s’ils n’obtiennent pas les avantages sociaux désirés, souligne le conseiller en emploi. Ils ont le pouvoir et les employeurs doivent s’adapter à ce nouveau virage. Cependant, je ne dirais pas qu’ils ne sont pas loyaux puisqu’ils s’impliquent plus qu’avant au sein de l’entreprise», explique-t-il.

Les milléniaux veulent la modernisation des espaces de travail, une conciliation travailétudes et du pouvoir, comme le démontrent une étude menée par The NPD Group. L’encadrement est également un critère important, selon Serge Tremblay. D’ailleurs, certaines entreprises en région prônent les rencontres quotidiennes avec les chefs d’équipe. «Chez CGI, on a une rencontre et des objectifs à se fixer tous les jours. On communique beaucoup avec notre chef d’équipe et elle est là pour nous aider. C’est très important pour le soutien moral, car c’est elle qui est le plus proche de nous», mentionne un jeune employé chez CGI, Xavier Boutot.

Pour d’autres employeurs, la méthode est différente. L’entreprise Devicom n’a ni patron ni hiérarchie et son succès est remarqué en région. Bien que cette innovation soit pertinente pour certaines personnes, le conseiller en orientation Serge Tremblay en conclut que ce n’est pas fait pour tout le monde. «Les entreprises ont intérêt à trouver des méthodes pour garder leur monde, mais celles-ci demandent une grande discipline d’adaptation qui ne fonctionne pas avec tous les milléniaux. C’est un modèle de gestion différent et ça montre que les entreprises innovent pour s’adapter à la génération», conclut-il.

À propos de Vanessa Primeau

Originaire de Sorel-Tracy, Vanessa Primeau en est à son deuxième diplôme d’études collégiales. D’abord attirée par le secrétariat, elle obtient son diplôme en Techniques de bureautique, à l’été 2015, avant d’entamer une année d’expérience au sein d’une entreprise culturelle. Dans son bureau, Vanessa développe sa curiosité médiatique et, l’année suivante, elle décide de retourner aux études en Art et technologie des médias (ATM) au Cégep de Jonquière. Un retour sur les bancs d’école lui permet d’avoir un cheminement différent et constructif en étant impliquée dans plusieurs projets. Vanessa devient d’abord rédactrice puis éditrice l’année suivante du web magazine La Cerise et journaliste pour la plateforme web C20. Vanessa a un grand intérêt pour l’actualité, mais a surtout de la facilité à communiquer à l’oral, tant à la télévision qu’à la radio. Vanessa n’a pas peur des changements; elle espère d’ailleurs avoir la chance de découvrir une nouvelle région durant son stage de fin d’étude.

À voir aussi

Période de changement de pneus tardive dans la région

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean vit une période de changement de pneus plus tardive et plus graduelle que …