mercredi , 21 août 2019
Accueil / Actualités / Cours d’éducation sexuelle | Une sexologue appelée en renfort
Cours d’éducation sexuelle

Une sexologue appelée en renfort

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS) fait appel à une sexologue à titre de conseillère pour l’élaboration des cours d’éducation sexuelle, obligatoires depuis le début de l’année.

Les cours d’éducation sexuelle comprennent aussi un volet sur la biologie humaine. Crédit photo: Camille Lalancette

C’est la sexologue Myriam Bouchard qui occupe le poste de conseillère pour la CSRS. En plus de cet emploi, elle gère un blogue sur le sujet et s’occupe de la chronique sexologie dans le Progrès Weekend. Son expertise servira à guider les enseignants dans la conception des cours.

«La sexologue a préparé, en partenariat avec le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CIUSSS), le volet de formation aux enseignants en prévision des contenus d’éducation à la sexualité. Elle soutiendra les écoles tout au long de la première année d’implantation du programme d’éducation à la sexualité», assure la conseillère en communication de la CSRS, Claudie Fortin.

Le cours est d’une durée de 5 à 15 heures par année scolaire et les différents sujets abordés pourront être jumelés à des cours déjà existants rapporte Claudie Fortin. «Le contenu peut être inséré dans différentes activités et dans différents cours (français via des lectures, sciences pour les aspects relatifs à la biologie, éthique et culture, etc.)», explique-t-elle par correspondance électronique.

Mme Bouchard sera présente à une fréquence de deux jours par semaine dans les bureaux administratifs de la commission scolaire au sein de l’équipe des Services éducatifs jusqu’à la fin de l’année scolaire. Des infirmières scolaires et des travailleurs sociaux seront aussi présents afin de supporter les enseignants avec cette nouvelle tâche.

Selon le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), les contenus qui doivent être abordés dans les cours concernent, entre autres, une meilleure compréhension de la sexualité, la discrimination basée sur la diversité sexuelle et de genre ainsi que les grossesses non planifiées. Des thèmes comme la violence sexuelle, la vie effective et amoureuse seront également discutés dans les cours d’éducation sexuelle.

À propos de Camille Lalancette

Camille Lalancette est une apprentie journaliste qui rêve d’oeuvrer dans les médias spécialisés en agriculture. Fille d’agriculteur, elle prévoit s’inscrire au baccalauréat en agronomie de l’Université Laval pour jumeler son intérêt de la communication à l’agriculture, son berceau depuis sa tendre enfance. Originaire de Rochebaucourt, petit village de l’Abitibi-Témiscamingue, elle souhaiterait revenir s’installer dans sa région natale. Son arrivée à Jonquière lui a donné une certaine autonomie et l’a initiée à de nouveaux genres musicaux. Camille aimerait être reconnue pour son amour de la culture québécoise, son enthousiasme et sa vivacité d’esprit.

À voir aussi

Période de changement de pneus tardive dans la région

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean vit une période de changement de pneus plus tardive et plus graduelle que …