mercredi , 13 novembre 2019
Accueil / Actualités / Fonds de dotation Santé Jonquière | Une petite lumière pour un mammographe
Fonds de dotation Santé Jonquière

Une petite lumière pour un mammographe

Les membres du Fonds de dotation de Santé Jonquière sont accompagnés des personnalités politiques et du président d’honneur, Jack D’Amico lors la 6e édition de l’illumination du sapin de l’organisme. Photo: Amélyse Morel

Un peu plus de 80 % des lumières vendues au profit du Fonds de dotation Santé Jonquière ont déjà trouvé preneur. L’annonce a été faite lors de la 6e édition de l’illumination du sapin de l’organisme, jeudi soir.

Ce sont donc 24 000 $ sur l’objectif de 30 000 $ qui ont été récoltés. Cette année, l’activité a pour but d’amasser de l’argent pour permettre à l’hôpital de Jonquière d’acheter un mammographe. L’acquisition devrait se faire en début d’année, probablement au mois de janvier.

«Il s’agit de la campagne la plus scintillante de l’année», a mentionné la directrice générale du Fonds de dotation, Sandra Levesque.

Plusieurs personnalités du monde politique ont pris part à l’événement, dont la conseillère municipale et présidente de l’arrondissement de Jonquière, Julie Dufour. L’activité est une belle idée pour se réunir. Chaque lumière montre la solidarité du Saguenay», a-t-elle souligné.

Le nouveau propriétaire du Canadian Tire de La Baie et de Jonquière, Jack D’Amico, est heureux de faire partie de l’équipe à titre de président d’honneur. «L’achat du mammographe est très important pour la région», a-t-il dit.

Surtout qu’il y a deux semaines, M. D’Amico a appris qu’une de ses amies a reçu un  diagnostic de cancer du sein.

La vente des Lumières

Les lumières sont disponibles chez Canadian Tire à Jonquière, au bureau du Fonds de dotation, ou encore sur leur site internet http://www.fondsdedotation.ca/.

Elles sont accessibles au coût de 2 $ chaqu’une, 3 pour 5 $ ou encore 15 lumières pour 20 $.

Aussi, pour les entreprises, il y a des lumières spéciales au coût de 100 $.

À propos de Amélyse Morel

Native de Val-d’Or, en Abitibi, Amélyse Morel est une personne qui adore les défis. Après plusieurs rencontres enrichissantes dans le monde médiatique, elle s’inscrit en Art et technologie des médias en journalisme. Passionnée par les sports depuis son tout jeune âge, ceinture noire en karaté, elle tente de percer le monde du journaliste sportif. Depuis 2012, Amélyse s’est découvert une grande passion pour la photographie d’événements. C’est à compter de ce moment qu’elle prend des contrats photo principalement des athlètes. Plus tard, elle se voit responsable du contenu médiatique pour une équipe sportive ou encore démarrer un projet auquel elle songe depuis un bon moment. Son plus grand rêve serait probablement de faire le tour de tous les arénas de la Ligue nationale de hockey.

À voir aussi

Mme Miville-Dechêne devant les étudiants en ATM

«Être à Ottawa, ça renforce notre nationalisme» – Julie Miville-Dechêne

La sénatrice Julie Miville-Dechêne constate que le bilinguisme à Ottawa repose essentiellement sur les francophones. …